.
 Enseignements
 
Racines bibliques
 
 
Le Baptême

Yaakov, B. Orban:

Baptême enfant ou immersion à l’âge adulte?

Beaucoup pensent que le baptême des enfants suffit et remplace l’immersion à l’âge adulte.

Même l’église catholique de Hongrie pratiquait le baptême adulte par immersion totale dans l’eau juste avant l’ère et l’invasion ottomane il y a plus de cinq cent ans.  
Certains bassins encore visibles le long du Danube nous témoignent toujours de cette ancienne tradition.  

L’une des explications du baptême des enfants que j’ai découvert il y a quelques années, m’avait donné une certaine résignation et une certaine approbation.

Lorsque les premiers chrétiens ont commencé à être persécutés et que la mort les guettait de partout, ceux-ci auraient voulu savoir leurs enfants en sécurité.
Dans ce but, ils se mirent d’un commun accord avec leurs frères dans la foi de s’occuper et de continuer à élever réciproquement leurs enfants en cas de disparition des parents.  
Les ”parrains et marraines” de cette époque dangereuse s’engagèrent donc à prendre en charge les enfants de leurs frères et sœurs spirituels en cas de malheur.  

Il en découle naturellement que cette promesse réciproque de continuer à élever les enfants dans la foi et la conduite chrétienne en cas de mort ou de disparition, se fit également de manière visible et dans un cadre officiel.

Cette explication est compréhensible et acceptable même de nos jours, puisqu’une telle relation fraternelle n’est absolument pas mauvaise.
On ne nous persécute pas aujourd’hui, mais il peut nous arriver quelque chose à tous et à tout instant.

Ceci n’équivaut cependant pas au baptême adulte, lorsque quelqu’un déclare et manifeste aux yeux du monde entier, en adulte conscient et responsable que :
- Mon seul Dieu est l’Éternel, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob
- Mon seul et unique Seigneur est Yéshoua HaMasshiah
- J’accepte l’Esprit du Messie (Christ), le Saint Esprit, comme guide qui me fait connaître, à moi et à tout le monde dans le Corps du Messie, la Volonté et le Projet de Dieu.  


Renouvellement ou Renforcement du baptême ? …et à quel moment ?  

Au cours de mon ministère et dans bien des cas, le fait de renouveler ou de renforcer le baptême s’est souvent avéré nécessaire.  
Certains voulaient refaire leur baptême car ils n’étaient pas sûrs de la pureté et de l’intégrité de leur baptême précédent.
Lorsque nous renforçons notre Alliance avec Dieu par Yéshoua dans le cadre de la Cène, devons-nous également renforcer notre baptême par son renouvellement ? Et bien oui, mais pourquoi ?  

Il peut y avoir de multiples raisons au renouvellement du baptême.

Je n’en citerais que quelque unes :
- En dépit de la pureté de son cœur, le fidèle a été baptisé dans une assemblée, une église, en un mot, il a été immergé dans le pouvoir d’hommes.
- Le fidèle a entièrement été baptisé dans les "normes", mais a confié à des hommes tout ses pas ultérieurs de croissance spirituelle, soumettant ainsi consciemment sa vie à un pouvoir humain.  
- Et puis, il y a ceux qui se sont baptisés, mais n’ont pas tenu leur promesses faites au Christ et ont continué à vivre leur vies de religiosité.  
Des enfants qui sont nés, mais qui sont restés des nourrissons…

Pour résumer, ceux qui n’ont pas été directement et exclusivement baptisés dans le Corps du Christ, ou les personnes nées de nouveau, mais qui n’ont pas démarrée sur le sentier du Christ doivent se mettre devant Dieu pour régler et rétablir ces lacunes et pour enfin remettre leur vies à Lui et à Lui seul !


Après le baptême...

Selon le Midrash-Tankuma, pour que quiconque soit apte à comprendre et à vivre la présence et l’Esprit de Dieu (Chechina), il doit impérativement s’immerger dans l’eau et, aux temps messianiques, ce sera Dieu Lui-même qui versera de l’eau sur Israël pour la purifier, tout comme nous pouvons le lire dans le livre d’ Ezéchiel (36,25)

Pour avoir le droit de prononcer le nom de Dieu, les Esséniens pratiquaient l’immersion dans l’eau tout les matins avant la prière.
(Tosefta,- Judaim 2.20,- Berachot 22a,- Kiddushim 70.a)

Même d’après cette croyance juive, la personne baptisée et née de nouveau en Yéshoua HaMasshiah, sera capable de..................
Mais comment la suite ?

Nous pourrions aller plus loin encore et poser la question suivante :

Où sont-ils passés après leur baptême ?

Moi-même, je me pose souvent la question.
Par notre ministère, beaucoup ont été préparés et sont arrivés à la décision d’être baptisés.
Leurs paroles prononcées et leurs déclarations de foi ne laissait planer aucun doute sur le fait que le moment était venu de dire oui, de mettre le cachet du Christ sur leurs vies également dans le monde visible.

Puis une ou deux années passent, et ils disparaissent.
Les pertes font mal, et effectivement dans des cas pareils, le serviteur effectuant le baptême s’arrête pour réfléchir :
En quoi ais-je bien pu être fautif ?  

Il est utile de faire attention aux causes de ces pertes et aux dangers qui guettent.
Et que ceci puisse servir de leçon à tous ceux qui se préparent au baptême.

Car on peut très bien naître sans jamais démarrer sur le chemin de la croissance.
Car il peut naître des enfants prématurés qui finissent par devenirs incapables de vivre si l’on ne les couvre pas
d
avantage d’attention et d’amour.

Et puis, il y a ceux qui attendaient une récompense quelconque de par leur baptême. Ceux qui espéraient le changement et l’amélioration de leur situation économique et sociale, voire l’amélioration radicale de leur niveau de vie.

Souvent les gens pensent que tout leurs problèmes seront résolus par leur baptême… fini les soucis et les problèmes et en avant vers la vie en rose.
La vie sera effectivement calme et en paix, mais pas comme on se l’imagine…  

Le baptême n’est pas un outil de solution aux problèmes. Le baptême n’est pas ce que la "happy-chrétienté" attend après avoir fait le pas. Car dès que nous traversons le Jourdan, de rudes batailles nous attendent de l’autre côté de la rive ! Mais nous pourrons désormais lutter en ayant une couverture de protection et de renforcement. Nous sommes déjà passés par de rudes épreuves lors de notre route dans le désert. Le Jourdan n’est pas l’objectif, ce n’est pas le terminus. Le Jourdan est réellement une ligne de démarcation, tout ce qui est ancien reste dehors et tout devient nouveau. Mais ce Nouveau n’est pas exempt de luttes et de combats.  

C’est sur ce point que beaucoup tombent et chutent... Ils ont traversé le Jourdan, mais ils sont incapables et ne veulent même pas lutter. Ils se rendent. Ils préfèrent choisir la solution la plus confortable et leurs vies dépérissent…
Pourtant le processus de sanctification à un prix. Et ce prix vaut la peine d’être payé…


 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SÓFÁR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com