.
Enseignements
 
Racines bibliques
 
 
 
 
L’odyssée européenne
 
Yaakov, Béla Orbán

 

"Ne t’en fais pas, lève les yeux vers le ciel!" (Extrait d’un cantique chrétien hongrois).

Mes chers amis !

Il y a peu, nous avons reçus une lettre contenant le discours d’un célèbre professeur en théologie paru dans le Reformierter Kirchenblatt intitulé : "Espoirs et angoisses".
Laissez-moi compléter ce discours par la vision actuelle d’un juif vivant et servant dans le Corps du Christ.
Le complément que j’apporterai à la "lettre pastorale" n’est ni un contravis ni une objection ni même le produit d’un orgueil exhibitionniste mais plutôt l’espoir que les témoignages qu’il comprend pourra renforcer et aider mon prochain.   

Cette lettre à attiré mon attention puisque je connais son auteur depuis près de 45 ans. Il joua même un rôle décisif dans ma vie de croyant lorsque j’étais encore très jeune.

Le jour avant d’avoir reçu cette lettre, lors de notre prière du vendredi soir, nous nous sommes prosternés devant Dieu et avons pris un nouvel élan rempli d’espoir dans l’Amour de Christ.
Notre nouveau départ ne nous guidait pas vers l’inconnu et dans l’incertitude mais vers de nouveaux territoires de ministère. Nos yeux se sont tournés vers un nouvel Empire duquel nous dépendons de plus en plus que ce soit au niveau physique, économique voire même spirituel. Nous devons faire face à un nouveau problème auquel nos peuples sont de plus en plus confrontés et qui les absorbe chaque jours de manière plus profonde ne leur laissant plus aucune identité ni indépendance de l’âme.

L’espoir sous-entend toujours la volonté de voir s’établir une ère nouvelle, la délivrance du mal et l’éveil du bien. Pour cela, il est nécessaire de reconnaitre les erreurs du passé.
Parmi les erreurs du passé nous pouvons distinguer deux éléments majeurs :
- le renforcement du centralisme national des pays
- le renforcement du néobizantisme du "Trône et de l’Autel", lorsque les églises chrétiennes utilisent ceux-ci comme outils de propagande en vue de maintenir et de renforcer leurs influence sur la politique.  

Nous ne devons cependant pas oublier que la troisième tendance dévastatrice est bien celle qui a pour but d’éliminer les deux tendances précédentes.

Lorsque ces trois courants luttent entre eux, un quatrième arrive et commence à percer sa voie, celui qui veut assimiler toutes les autres tendances pour les fusionner.

Ainsi pouvons-nous affirmer que l’époque de Constantin le Grand a touché à sa fin et que les missions chrétiennes ne sont plus que de simples espoirs et autres rêves inaccomplis.

Aujourd’hui, lorsque nous sommes les témoins ou même les participants de cette lutte des pouvoirs, nous pouvons voir se dessiner les contours d’un Âge Nouveau.

Nous ne pouvons espérer que si notre foi se renforce.  
Cependant notre éloignement de Dieu est en rapport direct avec l’amour que nous Lui portons.  
Sans cet amour, Dieu ne renforce pas notre foi et même l’espoir finit par s’évaporer tôt ou tard.

Le processus décrit plus haut quant à lui offre de nouvelles promesses et de nouveaux espoirs. Ceux-ci sont faux naturellement et n’ont pour but que d’éliminer la foi et l’espoir des hommes en Dieu. 
La première étape à déjà été franchie lorsqu’aujourd’hui, la notion d’amour est devenue totalement indépendante de Dieu et de Christ.

L’inquiétude et l’espoir sont des sentiments qui fonctionnent simultanément dans nos cœurs.
La question est de savoir lequel des deux prédomine en nous.  
Ainsi, il nous est nécessaire de vivre ce combat interne et de professer notre Seigneur triomphant de toute peur et de toute angoisse en témoignant à notre prochain de cette victoire qu’Il a remporté en nous.  

Les causes de nos peurs et angoisses sont les cibles et les ennemis de notre esprit que seul l’Amour de Christ est capable de vaincre.  
Nous devons donc démarrer de la façon suivante :

- Emmener le message du Christ vers le monde sécularisé. Ce message n’est efficace que lorsqu’il se compose de la Parole de Dieu qui s’est déjà réalisé dans notre vie en tant que témoignage vivant du Verbe.  
Ce n’est qu’alors que notre ministère aura un impact positif sur la chrétienté religieuse, endormie et congelée.

La partie occidentale de l’Union Européenne est devenu territoire de ministère pour nous.  
Il nous est cependant nécessaire de ne pas nous limiter au niveau des traditions chrétiennes et d’aller au-delà.
Par l’évangélisation, nous devons montrer au monde le Projet et la Parole de Dieu ainsi que l’accomplissement de ceux-ci.
Nous devons restaurer l’unité de l’Ancien et du Nouveau Testament dont l’un des éléments décisifs est la connaissance et l’acceptation du Peuple Élu ainsi que de son appel.
- Dans notre départ et sur nos chemins, nous ne devons jamais nous poser de questions les uns aux autres.

Dieu nous a donné à tous des plans et des bornes extrêmement précis et complets pour nos sentiers. La responsabilité est donc la nôtre si nous nous égarons ou si nous ne voyons pas l’objectif et le devoir à accomplir.  
L’acceptation et la connaissance des prophéties est la condition sine qua non à la compréhension des Écritures Saintes.
Le refus des prophéties de l’Ancien Testament peut réellement être source d’angoisses chez la personne rebelle.  
Mais ceci est vrai également dans le cas du refus des promesses et prophéties faites par Yéshoua HaMashiah.  
Nous devons naturellement évoluer sur le sentier car celui qui est à l’arrêt et ne fait qu’étudier le plan ne pourra jamais aller de l’avant.  
- Pour aller de l’avant il est nécessaire de remettre notre passé en ordre.  
Je rajouterais à cela que la remise en ordre du passé sans le renouvellement du présent et de l’avenir n’est qu’un acte formel.

Il est évident que le temps est venu pour la chrétienté de régler ses comptes. Le temps est opportun à l’essor et au progrès.

Il faut cependant s’arrêter un moment sur le sujet de l’Holocauste. De nombreuses excuses et autres repentirs se sont fait entendre un peu partout en Europe ainsi que dans notre pays. Un autre type de Shoa continue cependant à faire rage au niveau spirituel. L’Holocaust discret de l’assimilation psychique et spirituelle du Peuple Élu agit en silence.  

Quand la chrétienté va-t-elle enfin réaliser qu’en agissant ainsi elle va contre la Volonté de Dieu ?

En agissant de la sorte la chrétienté ne fait rien d’autre que de scier la branche sur laquelle elle est assise et ce au sens propre.  
La chrétienté empêche ainsi les juifs ainsi que les Gentils de jouir de toutes les bénédictions découlant de la prophétie de la Greffe et de la Greffe à nouveau.  
Notre angoisse est conséquence de notre faiblesse. Notre faiblesse quant à elle est la conséquence d’avoir été arrachés de la "racine" en ce qui concerne les juifs et de ne jamais y avoir été greffés dans le cas des autres nations.  
Ainsi, la chrétienté est beaucoup trop faible pour pouvoir faire face aux nouvelles tâches qu’elle devrait affronter. Elle est en somme inapte à remplir l’appel qui lui a été donné à l’origine.

L’Europe ne fait pas qu’importer toutes sortes d’impuretés et d’immondices, mais nous y en exportons également nous mêmes.  
Le shamanisme hérité des ancêtres païens, le réveil de la sorcellerie et autres adorations d’idoles sont une véritable armée de démons qui ira renforcer celles déjà présentes en Europe occidentale. 
De la même façon, par notre annexion à l’Union, le profond culte spiritiste de la vierge Marie qui règne chez nous ira renforcer ce même culte déjà présent chez nos voisins occidentaux.

Parallèlement à cela et inversement, se renforceront bientôt chez nous les esprits des religions d’Extrême-Orient, le sécularisme, la laïcité ainsi que l’islam. 

La montée de l’antisémitisme ainsi que le rapprochement des religions monothéistes n’est autre que le signe visible de l’agissement de l’esprit du Nouvel Âge (New Age) lorsque les peuples sont malmenés par de fausses idées, une connaissance superficielle et une image faussée de Dieu.
Aujourd’hui, nous ne nous unissons plus en Christ ni en le Dieu Éternel, mais bien en Abraham, comme ils le professent de manière erronée.  

Ceci n’est autre que le refus de la Grâce, de la Rédemption et des bénédictions des promesses au nom de "Dieu" tout en se référant à Abraham.
Durant des millénaires, ce fut au nom de la Croix qu’ils exterminèrent et pillèrent les peuples les rendant ainsi insensibles à l’œuvre rédemptrice de Jésus Christ. Mais aujourd’hui, le monde va encore plus loin : ils agissent contre Dieu avec la Bible en main.

Espoirs et angoisses en Europe ?
La solution et la réponse date d’il y a deux mille ans.
Nous n’avons d’autre solution que de devenir les membres du Corps du Christ !
La situation est pratiquement identique à celle de l’époque où Jésus Christ était présent sur la terre.  
Un peuple non-grec crée un Empire hellénique dont l’esprit règne sur l’ensemble des idoles des peuples réunis sous le joug d’une puissance politique mondiale.  
L’Europe actuelle affirme ouvertement être la descendante et l’héritière de cet empire autrefois disparu. De plus, elle considère la philosophie et la culture gréco-romaine comme étant ses véritables racines à la place de son passé judéo-chrétien.

Ainsi, la vie terrestre de notre Seigneur est un modèle concernant notre avenir.  
Il était le citoyen d’un Empire qui entre autres, exerçait le pouvoir sur son propre peuple.
Il n’a jamais nié son appartenance au peuple juif, il ne s’est pas confronté non plus ni au pouvoir païen ni à ses serviteurs. Il n’a jamais servit Rome et n’en n’a jamais fait partie non plus ni psychiquement ni spirituellement. /Ceci vaut pour l’époque actuelle aussi/.
Il a néanmoins apporté de la nourriture spirituelle, psychique et même physique aux autres durant son ministère.  

Lorsque nous prétendons être ses disciples, nous devons marcher comme Lui et comme ses disciples ont agit à l’époque.   
De cette manière, nos devoirs et notre appel sont aussi les mêmes.
Le Corps du Christ est composé de disciples. Nous devons donc être indépendants et au-dessus de tout autre empire et spiritualité.

Nos angoisses et nos espoirs sont donc une grande question dans nos assemblées et églises :

Sommes-nous capables de déposer notre chemin, notre vérité et notre vie uniquement entre les mains de Jésus Christ ?
Pouvons-nous vivre, évoluer et servir en Lui. Ou bien restons-nous sous le joug d’hommes dont nous attendons les faveurs.
Par intérêt ou par tolérance, nous souhaitons souvent faire partie de pouvoirs dont les propriétaires attendent tous d’être définitivement jugés.  

La prochaine étape de notre route est très difficile et dangereuse puisque le sentier ″étroit″ se rétrécit de plus en plus.  
Le temps est proche lorsque la chrétienté devra faire un choix.  
Va-t-elle se repentir de son passé religieux et pécheur ? Ou bien va-t-elle continuer à tromper son entourage et à se tromper elle même pour finir par continuer à mourir de cette mort lente qui la ronge déjà ?

Y a-t-il encore un espoir de la voir prendre un nouveau départ ?

En m’appuyant sur nos expériences dans le ministère et sur nos témoignages, je dois déclarer de manière un peu angoissé qu’il y a encore de l’espoir, oui !

Notre joie et notre espoir est de voir à quel point les peuples exclus et rejetés portent un intérêt sans cesse croissant pour l’évangile dans toute la vallée des Carpates.  
Les peuples exclus et mal vus par la chrétienté sont assoiffés de la Parole de Dieu. Cette soif crée une atmosphère de revivification au sein de leurs communautés.

Une nouvelle vague d’éveil a également fait son apparition dans notre pays lorsque de plus en plus de musulmans se repentent et acceptent Jésus Christ comme leur Seigneur.

Au niveau de notre appel personnel, le figuier bourgeonne déjà au sein de la communauté juive et sont près à éclore !
Nous en faisons l’expérience dans plusieurs pays avoisinants.  

La situation et l’appel de la Hongrie est très particulier.
Dieu est le seul à savoir la raison pour laquelle la vallée des Carpates et ses alentours est le berceau spirituel du judaïsme moderne ?
Je ne connais moi-même qu’un fragment de la réponse, à savoir que toutes les branches la communauté juive de la région sont restées fidèles à la Tora. Aucun courant réformé et libéral du judaïsme qui ont dévié tant de juifs en Europe occidentale vers la laïcité et la sécularisation, n’a jamais su s’enraciner dans cette partie du globe.

De même, la réforme chrétienne fut une très grande bénédiction pour la région car celle-ci ayant reconnu et compris les Écritures Saintes, l’Ancien Testament et les Lois de Dieu. Au départ, une véritable réforme digne de ce nom s’était engagée.

Cependant les deux communautés se sont déjà grandement éloignées des Racines aujourd’hui. Un terrible processus s’est engagé lorsque la foi se transforme en religiosité et lorsque les communautés religieuses deviennent de simples institutions socioculturelles au lieu de remplir leur appel.

Un tel appel et une telle connaissance de la situation nous oblige à ramener la communauté juive à Dieu et éviter d’opérer quelconque "mission" irréfléchie. De même, nous devons réformer les communautés chrétiennes déformées en rétablissant la dignité de la Sainte Trinité dans nos vies.
Seul le témoignage de notre vie ordonnée en Christ est capable d’apporter quelconque changement dans la vie d’autrui lorsque le "voile" tombera enfin selon la volonté divine et le temps venu. Seul le Christ Jésus visible en nous est capable de dévoiler le Père.

Les disciples qui sont en ordre du point de vue spirituel et psychique, dont la foi et l’identité sont à leur place ont un très grand rôle à jouer en Hongrie comme ailleurs.
Notre faiblesse provient souvent du fait que nous refusons les serviteurs de Dieu qui sont assez nombreux dans cette région. Elle découle aussi très souvent du fait que nous nous refusons souvent nous mêmes et fuyons notre appel reçu de Dieu. Cet acte rebelle nous fige sur place.
À la place, nous nous fions à toutes sortes de méthodes, de théologies et autres mouvements ou serviteurs chrétiens que nous importons et dont nous faisons des idoles au lieu d’examiner les choses à la loupe de l’Esprit Saint et de la Parole de Dieu.  

Ainsi annexés à l’Europe, notre tâche et notre ministère vont grandissants.

Il n’y a pas si longtemps, j’étais en train de semer les graines de la Parole en Europe occidentale et j’ai effectivement été pris de douleur et d’incrédulité.
L’état de la chrétienté de ces régions ressemble à épaisse couche de neige, à un champs gelé et froid.  

Malgré ce triste état des lieus, j’encourage tout le monde de "semer les graines à la surface de l’eau".
Même si cette eau est à l’état de glace, les graines doivent être semées.  


Je suis persuadé que la chaleur et le rayonnement de l’Esprit Saint fera fondre les cœurs glacés et que les graines semmées naguère en toute foi finiront par tomber dans la terre à leur bonne place.
Là où la terre a déjà été labourée autrefois par les serviteurs de Dieu ayant entamée la réforme il y a environs 500 ans.  

Mais notre travail ne se limite pas qu’aux citoyens européens. Un travail accru doit être accompli vers ceux qui sont restés en dehors des limites de l’union européenne.  

De plus en plus de gens nous appellent et nous invitent car ils ont soif et souhaitent recevoir un "verre d’eau", de la nourriture spirituelle.

Les proscrits, les moins que rien et ceux que l’on déteste sont ceux que notre Seigneur veut atteindre à travers nous !

La réponse à nos peurs et angoisses ainsi qu’à nos espérances nous a été donnée à travers la vie de notre Maître et doit nous servir d’exemple :

Bien que nous soyons les membres inscrits d’un empire mondial et qu’en tant que disciples nous devions rendre à "César ce qui est à César", nous devons nous élever au-dessus de toute emprise spirituelle qui n’est pas conciliable avec la Loi de Dieu et qui s’oppose à l’exemple de Jésus Christ.
Lui n’a jamais engagé de campagne et de guerre contre l’Empire mais ne s’y est jamais soumis non plus.  

Il accomplit cependant son ministère parmi les pauvres et les malades.  

Il remplit ouvertement son rôle d’enseignant à Décapole, en Samarie, parmi les sadducéens, les pharisiens et parmi nombre d’autres branches du judaïsme de l’époque.
En somme, il accomplit sa tâche au sein de son peuple, parmi les juifs et parmi les juifs mélangés aux autres peuples. Son ministère fut essentiellement de rappeler à Dieu tous ces gens dont la foi était mixte, religieuse ou déjà inexistante.

Notre mission également, à supposé qu’elle soit du Christ, est aussi d’aller vers ceux qui sont faibles, mixtes ou qui ont été arrachés de leur foi. Nous devons aller les trouver en les évangélisant, prophéties et enseignements en main. Notre peuple qui n’est autre que la chrétienté religieuse et les hybrides dans leur foi (sadducéens, samaritains et libertins) nous attendent pour être réveillés et délivrés de leurs idoles.

Ainsi nous devons nous abstenir de construire de nouvelles théologies, de nouvelles églises et autres institutions religieuses. Notre œuvre ne peut être que la construction du Corps du Christ qui n’est à confondre avec aucune des églises terrestres existantes.

Que notre retour vers l’Europe ne trompe personne. Ne nous laissons pas éblouir.

 
Nos expériences et nos témoignages montrent réellement que de nos jours, le temps de la Grâce commence tout doucement à s’orienter vers les proscrits, les laissé pour compte, les musulmans pour revenir finalement vers la communauté juive elle même.
La Grâce se tourne petit à petit vers tous ceux que nous avons nous mêmes rejetés ainsi que vers les régions aujourd’hui gouvernées par l’islam et où l’évangile n’a pas encore été professé.
Le voile posé sur les yeux des juifs ne sera quant-à-lui ôté que par Dieu lui même et au temps où il le voudra. Malgré tout, les signes en sont déjà apparents à travers le monde entier.

Que Dieu nous donne la sagesse et nous prépare pour pouvoir servir au déclanchement d’éveils en Orient comme en Occident ainsi qu’à tous les points cardinaux.

Entre temps, que la chrétienté se dirige vers ceux qu’elle a délaissé ainsi que vers l’islam et la communauté juive en se repentant et en demandant pardon pour tous les péchés qu’elle à commis contre eux.  
Sans cela, la chrétienté n’aura jamais aucune mission venant de Dieu à remplir vers ces gens.  
Les simulacres de pardons, les pseudo-rapprochements et les fausses acceptations n’ont comme fruits que la lâcheté et n’apporteront jamais la véritable paix.
Ceux que Dieu cherche aujourd’hui sont ceux qui n’arrivent pas au point de pouvoir accepter Jésus Christ et qui ainsi ne deviennent pas membres du Peuple de Dieu. Dieu appelle tous les chrétiens religieux qui ne sont pas sous le pouvoir du Roi oint et qui n’acceptent pas la conduite de l’Esprit Saint.

Notre travail est devenu plus grand qu’autrefois puisque nous ne sommes plus simplement responsables pour les citoyens de notre pays, mais aussi pour ceux de l’Europe entière.  

Régler nos comptes avec Dieu atteste de notre amour envers Lui.  
L’amour de Dieu est son Fils qui est venu pour nous et à travers qui la foi, l’espoir et l’amour grandit en nous.
Au fur et à mesure que les espaces s’ouvrent autour de nous et que nous grandissons dans l’amour de Dieu, nous nous rendons compte qu’il ne nous reste plus que ces trois choses : foi, espoir et amour qui ne sont autre que le pouvoir et le royaume de Jésus Christ dans lequel il n’y a de place pour aucune peur ni angoisse.  
Nous pouvons y vivre une vie où il est inutile de faire des projets selon nos propres idées.  

Allons donc vivre en tant qu’ambassadeurs de ce Royaume au sein du grand empire terrestre, représentant le Royaume de Dieu, le mandat de notre Roi entre les mains.
 
Shalom !

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SÓFÁR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI
  www.kehilatshofar.com 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com