.
Enseignements 
 
Famille - Assemblée - Communauté
 
 
Le sacrement du mariage

Yaakov, B. Orban

Le mariage se réalise lorsque les 3 conditions fondamentales suivantes s’accomplissent : 

1./ Ils quitteront…  
2./ Ils s’attacheront…   
3./ Ils ne feront qu’une seule chair…  


La Bible en parle à quatre reprises : 

Genèse 2:24 – Mt 19:5 – Mc 10 – Ef 5:31 

Un mariage peut-il être bénis de Dieu si ces trois conditions manquent ? 
Peut-on parler de mariage selon Dieu dans un tel cas ? 

Les liens inséparables qui rattachent les gens à la maison familiale empêchent le ménage de se construire et rendent les jeunes mariés incapables de remplir l’ordre divin… 

Le rattachement en tant qu’alliage…, ou une alliance d’intérêts ne peut être qu’une relation légère et non un mariage malgré toute la bonne volonté du monde. 

Et ils ne feront qu’une seule chair…  
Nous devons analyser si la chair se rapporte au corps ou à l’Être en entier dans ce cas bien précis ? 
Bien que dans la Bible ce soit le mot basar (corps-chair) qui soit cité, cette chair ne peut vivre sans le nefesh (l’âme)… 

Car la relation physique sans l’unité psychique et spirituelle peut n’être que le fonctionnement d’un simple instinct animal…

…et non un mariage. 


On entend souvent dire : « Il est plus facile de vivre seul... ». 
Je n’ai confiance qu’en moi-même = manque de foi ou narcissisme (car malgré les nombreuses déceptions et mauvaises expériences du passé, je n’ai pas entièrement remis mon mariage également sous le pouvoir de Christ…). Je ne m’aime que moi-même (j’ai des projets avec l’autre, des exigences envers mon conjoint), beaucoup m’ont déjà blessé, j’ai des plaies (on m’a quitté, trompé, « je l’imaginais autrement »…). 

Cette liste n’est qu’une esquisse et varie, s’allonge suivant les individus. 

Toutes ces choses ne peuvent cependant pas être importées dans le mariage, car les guerres reprendraient automatiquement et les défaites se répèteront…  
Il n’y a que sous le pouvoir du Christ que la vie commune de deux personnes se purifie, se sanctifie et fonctionne.  
Il est malgré tout nécessaire que les deux parties naissent d’abord de nouveau, se délivrent, se purifient et évoluent sur le sentier de la sanctification individuellement. 

…et même dans ces cas il peut arriver que quelqu’un fasse un mauvais pas ou se rétracte…mais nous touchons là le problème du divorce…  

Il/elle quittera... 

Voici la première condition au mariage et le premier danger de ruiner le mariage par la même occasion : Si cela ne se produit pas après un certain temps, alors la personne finira par retourner sous le pouvoir ancien, commettant ainsi le péché d’adultère. 

Il/elle quittera…  
Il vit sa vie d’homme/de femme indépendamment et dans la foi… 
Mais c’est surtout de l’homme dont nous devons parler, puisque c’est principalement à lui que s’adresse cette ordre de quitter son père et sa mère.  
Mais pourquoi ? - Pour qu’il construise : Quelque chose de nouveau. 
Une maison – un temple – une famille – un autel qui fonctionnera dans l’ordre de Dieu.  
L’homme, en tant que prêtre de la famille, doit fonctionner et être en contact direct avec le Grand Prêtre, avec Yéshoua HaMasshiah. 
En d’autres termes, il est exclu que quiconque se mette entre le chef de famille et Yéshoua.  
L’homme adulte et indépendant ne se dirige plus vers la Porte (« Je suis la Porte ») par une escorte humaine, mais bien seul, en toute responsabilité pour sa famille, et ce, tous les jours, à chaque heures et dans toutes les situations de la vie.

Aucun père physique ou spirituel ne peut plus se mettre entre la Porte et l’homme adulte. Le père n’a pas non plus le droit de pousser quelqu’un par la Porte ni d’en obstruer le passage. Il n’y a donc aucune fausse intercession ni aucune autorité spirituelle humaine.  

À partir d’un certain point, chacun est responsable pour soi-même et en toutes choses ! 
Cet instant est appelé Bar Mitzva chez les juifs, mais dans la vie de ceux qui sont nés de nouveau en Christ, ce moment varie selon chaque individu.  

Ce moment doit être connu et ressentit en unité, simultanément par le père et le fils spirituel.  
On ne peut accélérer le processus de croissance tout comme il est défendu de retarder le moment de l’indépendance. 
Ni les parents ni l’enfant n’en ont le droit ! 
Les oiseaux savent eux aussi quand leurs petits sont capables de voler seuls … que cela plaise aux oisillons ou non … pour qu’ils se débrouillent seuls et donne naissance à de nouveaux oisillons à leur tour.  

À partir de ce moment, le père spirituel – psychique – et physique ne cesse pas d’exister, mais reçoit un rôle différent.  
Ce rôle n’est autre que l’aide et les conseils qu’il peut fournir par le biais des dons du ministère.  
Son rôle ne s’efface donc pas, puisque le père continue lui aussi à évoluer et peut continuer à servir de bon ou de mauvais exemple aux yeux de ses fils spirituels et des autres en raison de son âge plus avancé et de ses expériences plus nombreuses. 
Mais il n’est plus en position de pouvoir et n’est plus responsable pour ses enfants.  
Il reste malgré tout responsable de sa propre vie et de ses témoignages pour que, lorsqu’il marche devant les autres, il puisse demeurer un bon exemple à suivre.  

Les assemblées et les communautées sont composées de familles réunies.


La naissance d’un « nouveau prêtre » n’implique pas la fondation d’une nouvelle assemblée. Il est plutôt le fondateur d’une nouvelle famille. 
Au sein de l’assemblée par contre, il est compagnon de ministère et non un sujet, un subordonné. Mais ceci est déjà le sujet d’un autre enseignement…

  

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com