.
 Enseignements
 

Les fêtes de l'Éternel

 
 
 
 
 
Avant la Hanoucah (de Bethléem à Jérusalem)

Yaakov, Béla Orbán

Tous les faits et les évènements que nous devons connaître à propos de notre histoire sont semblables à ces guerres et combats que nous vivons dans le monde actuel mais dans une dimension spirituelle, dans l’esprit de la globalisation.
Si nous analysons ces faits et évènements, nous pouvons nous rendre compte que le but de ces combats n’a jamais été que les conquérants assiègent les vaincus, mais plutôt que le règne centralisé d’un pouvoir spirituel sur le reste du monde s’installe.

Ce pouvoir spirituel ne combat pas simplement les peuples, mais essaye par tous les moyens de supprimer le pouvoir de Dieu. Pour cela, il utilise de nombreuses armes pour soumettre l’âme humaine tels entre autres la philosophie, les sciences et les arts.
Au-delà de ces méthodes, il y ajoute parfois la force physique, celle des armes blanches et à feux proprement-dites pour mener à bien sa conquête de colonisation satanique.

Après Cirus, Alexandre le Grand ; après les puissances mèdes et perses vint celle des macédoniens qui leur succéda dans ce rôle.
Le point d’attaque commun fut constamment Israël et Jérusalem qui furent toujours occupés par des pouvoirs différents mais poursuivant toujours les mêmes objectifs : les Ptolémées d’Égypte d’abord puis les Séleucides de Syrie ensuite.

C’est à cette époque que la conquête atteignit le peuple d’Israël et tourna à la tragédie lorsque le peuple de Dieu devint ”moderne” en adoptant la culture hellénique.
Le résultat de cette "tolérance" fut que la tribut à vocation sacerdotale choisit le culte du néo-hellénisme à la place des révélations de la Bible.
Après une telle défaite spirituelle, il est naturel que des changement soient survenus également au niveau de l’âme par le biais desquels les dirigeants du peuple juif se soumirent aux puissances mondiales de l’époque créant par cet acte de trahison une division au sein du peuple.
Comme toujours la partie du peuple qui reste fidèle à Dieu devient ennemi public dans sa propre patrie et ne représente toujours qu’une petite minorité de la population. En arrière-plan, comme toujours, se cachent les pouvoirs réels comme à cette époque, lorsqu’Antiochus IV alias Epiphanes se retrouva sur le trône et avait pour objectif l’hellénisation totale qu’il voulait appliquer de gré ou de force à tout le pays. Le pouvoir réel de l’époque était Rome qui ne se contentait encore à ce moment là que de simples rançons de guerre.

Il serait intéressant de nous pencher brièvement sur le sort du Sanctuaire à cette époque puisque l’histoire se répète et que jusqu’à l’occupation du Sanctuaire de Jérusalem et l’intrusion de dieux étrangers en son sein, beaucoup de similitudes peuvent être notées par rapport aux évènements qui s’y sont déroulés ces quelques siècles derniers.
Tout ceci n’a rien d’étonnant, mais nous signale malgré tout que les évènements d’alors ne font que se répéter aujourd’hui avec d’autres acteurs.
Satan, par sa spiritualité de plus en plus présente dans le monde veut détruire le peuple de Dieu en esprit, en âme et bientôt physiquement aussi.
La victoire de Jésus Christ est incontestable et a déjà été remportée en esprit, mais le plus grand volcan globalisateur qui consume le monde, celui de Rome est toujours en activité de nos jours.
Le pouvoir qu’il représente est une puissance qui se nourrit elle-même de l’unification, de la globalisation spirituelle.
Cette puissance n’est autre que l’allié et le condensé des spiritualités persane, mède, égyptienne, grècque et encore beaucoup d’autres venant d’orient.
Aujourd’hui également nous pouvons être les témoins d’une sorte d’alliance entre les puissances spirituelles puisque les objectifs sont les mêmes, et les préparatifs d’une puissance mondiale et centralisée sont en cours.

Aujourd’hui également, l’objectif est l’occupation du Sanctuaire pour que dans le Temple, désormais le Troisième Temple, le culte soit rendu à un autre dieu.

Les étapes de la prise d’assaut du second Temple nous sont connues et tout le monde peut se rendre compte de la phase dans laquelle nous nous trouvons et de ce qui nous attend à l’avenir. Des parrallèles peuvent être établis qui, avec un peu de recherche et en remplaçant les noms des personnages d’hier par ceux d’aujourd’hui, peuvent nous donner un apperçu de ce qui nous attend dans le futur.

- Alexandre le Grand se prosterna en 332 devant le grand prêtre juif à Jerusalem et offrit un animal en sacrifice au Dieu des juifs.

- Il créa la ville d’Alexandrie et en fit une métropole en la peuplant de nouveaux habitants grecs et juifs ayant les mêmes droits.

- Son succésseur Ptolémée s’empara de Jérusalem suite à une répartition territoriale entre chefs d’armée et en emporta beaucoup d’habitants à Alexandrie.

- Durant cette occupation de près d’un siècle, les prêtres restés à Jérusalem récueillaient les impôts et exerçaient le pouvoir gouvernemental qui leur avait été confié par les colonisateurs.

- La première attaque spirituelle fut engagée lorsque la Torah fut traduite en langue grèque bien que ce geste puisse paraître amical. 

- Ce ne fut pas un hasard que cette traduction fut également effectuée en langue araméenne.

- Ptolémée IV, de passage à Jerusalem, alla visiter le Temple où l’on ne le laissa pas accéder au Sanctuaire principal. Il essaya de rentrer par la force mais il s’évanouit au seuil de la porte qui y menait. Suite à cet incident, il devint l’ennemi juré du peuple juif qu’il commença à persécuter de façon croissante et systématique.

En conséquence de cela et en opposition au règne egyptien, le peuple d’Israël commença à sympathiser avec les Séleucides de Syrie qui leur paraissaient plus favorables et qu’ils acclamèrent avec enthousiasme lors de leur entrée à Jérusalem.

Le trésorier qui devait une rançon de guerre aux Romains voulut s’emparer du trésor du Temple par la force. Les gardes refoulèrent les tentatives de l’assaillant qui s’en retourna chez les siens, battu, humilié, et malade de surcroît. De plus, le grand prêtre de Jérusalem alla se plaindre directement au roi Séleucos IV qui mourut peu après. Ce fut son succésseur au trône qui arriva à s’emparer du Sanctuaire et à y installer d’autres dieux.
Le nouveau monarque Antiochus IV pouvait se vanter d’avoir deux noms. L’un, Epiphane, lui ayant été occtroyé par les Grecs voulait dire incarnation divine, et l’autre, un peu moins avantageux, Epimane, voulant dire fou, démentiel. Les juifs quant à eux le nomèrent Antichus le Malfaisant. Ce ne fut cependant pas à proprement parler lui qui pilla le Temple, mais la division créée par l’hellénisme.
La classe dirrigeante juive ainsi hellénisée, jeunes et membres de la haute société suivirent la mode spirituelle de leur époque. Leurs réunions mondaines se déroulèrent selon le modèle antique bien connu, dans le cadre d’évenements sportifs, de fêtes, de festins, de symposiums et d’autres beuveries.

Chez ces juifs ”hellénisés”, l’amour pour le luxe et la recherche du faste découlaient tout naturellement du mode de vie grec. Cependant, qui dit luxe, dit argent, et qui dit argent, dit aspiration au pouvoir.

Pendant que cette impitoyable et démente ”Incarnation Divine” répandait la culture grèque par la force du feu et de l’épée, il rendit également obligatoire la religon mondiale d’alors dans tout son empire.
En lieu et place du Dieu Éternel, il rendit obligatoire le culte, les offrandes et l’adoration de Zeus, Apollon, Aphrodite, et de leurs statues, ainsi que de celles d’autres divinités grèques vivant sur le mont Olympe.

Dans le même temps et avec l’aide du souverain, le frère cadet du prêtre Onias usurpa le poste de grand prêtre à son frère aîné et poursuivit l’hellénisation de Jérusalem.
Suite à cette querelle fratricide, la porte fut ouverte à une nouvelle spiritualité plus puissante que jamais de nos jours, celle de la rivalité et de la soif du pouvoir. 
Melanos, helléniste également, usurpa à l'aide d’intrigues diverses le poste de grand prêtre, puis il pilla le Sanctuaire de Jérusalem dont le trésor fut transporté à Antioche, la ville souveraine, capitale de la Syrie.
Pour cette raison, il fut assassiné sous les ordres du grand prêtre qui lui avait précédé. Cet acte de vengeance entraîna une lutte dont le point culminant fut la prise de Jérusalem par Antiochus lorsqu’il pilla la Temple une fois de plus et décréta l’interdiction des lois religieuses et des cultes. Les juifs furent dès lors obligés de présenter des porcs en offrande sur le nouveau tabernacle du Temple désormais dédié à Zeus.

Les juifs ont du subir des tortures, maltraitances, persécutions et le martyr pour leur foi et leur fidélité à Dieu.
Beaucoup ont payé de leur vie leur croyance, et nombreux furent ceux qui persistèrent dans leur foi malgré les rudes épreuves.

Un an après le décret de ses lois, en 167 av. J.C. la révolte éclata et une lutte d’indépendance qui dura 25 ans s’engagea, à l’issue de laquelle un État juif indépendant vit le jour pour un certain temps. Cette courte indépendance ne dura que 80 ans et ne réapparut qu’en l’an 1948 de notre ère.

La fête de la Hanoucah se souvient de cette lutte d’indépendance et de la purification du Temple en ruines ainsi que de sa re-sanctification années après années.

Son état actuel est le même qu’alors : ruines, détritus, dieux étrangers, débris, gravats, et tabernacle souillé…
Aujourd’hui également il serait nécessaire d’avoir des gens pieux, des saints (des hassidims) ayant le verset 6 du Psaume 149 aux lèvres : "les éloges de Dieu à pleine gorge, à pleines mains l'épée à deux tranchants" comme cri de guerre pour s’élancer dans la bataille contre les grecs, les assyriens et les romains actuels et globalisateurs. Des guerriers ? Oui ! Des armes ? Oui !
La guerre a cependant déjà été gagnée ; Jésus Christ a déjà vaincu en esprit. Ce combat n’est plus un combat de chair et de sang, mais celle de spiritualités entre-elles.
La ”Jerusalem”, le Tabernacle, le Sanctuaire où c’est désormais Lui qui remplit la fonction de Grand Prêtre et de Roi ne peut plus être atteinte par l’ennemi, car la victoire du Christ a déjà été remportée dans les espaces célestes.
Le Temple qui a été relevé en trois jours fonctionne aujourd’hui et pour l’éternité. Ce Temple où le grand prêtre est Yeshoua HaMasshiah Lui-même, le seul intermédiaire qui apporte nos vies et nos offrandes devant Dieu.
Nous attendons son retour qui est imminent.
En ce qui nous concerne, tout comme pour les guerriers macchabéens, notre objectif principal est la restauration, la réhabilitation et la re-sanctification du Sanctuaire.
Le temple de nos propres vies, le cœur de nos assemblées doit être purifié. Il faut bâtir et consolider le Corps du Christ pour pouvoir donner lieu au culte proprement dit, dépouillé de toute loi étrangère pour que n’y règne que Son unique Parole.
Cette purification doit être effectuée avec une volonté de fer, une volonté macchabeénne, tel un marteau, car la signification du mot macchabée est marteau en hébreux qui est formé à partir des premières lettres d’une des louanges de Moïse :

Qui est comme toi parmi les dieux, Yahvé ?... (Exode 15 : 11) 

”Avec une volonté de macchabée”, mais malgré tout selon les paroles prononcées par Zacharie :

"Ce n'est pas par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit -- dit Yahvé Sabaot." (Za 4 : 6)

Suite à la victoire de Yeshoua, notre lutte ne peut être que spirituelle.

Tout effort philosophique, théologique, scientifique, physique ou même de l’âme, serait vain face aux représentants bien connus de ces puissances spirituelles.

Toutes les prophéties faites sur Amaleq, Édom et Babylone seront accomplies, mais tant qu’ils ne seront pas jugées, ils continueront à nuire et à agir dans le monde physique tel que l’ont fait leurs prédécesseurs.
Il existe toutefois un domaine dans lequel ils n’ont pas gagné la bataille, c’est le domaine spirituel.
C’est de cette victoire que nous pouvons jouir également, en ayant la vie éternelle à travers la rédemption par Christ sur le Golgotha.

Il existe deux endroits en particulier où l’on aurait besoin d’une présence macchabéenne renforcée : 

- dans le ministère de la purification et de la sanctification du Sanctuaire

- dans la construction et la protection des remparts de Jérusalem.


 Le Temple est notre Seigneur Yeshoua HaMasshiah.
Jérusalem n’est autre que le Corps du Christ.
Et les habitants de Jérusalem sont le Peuple de Dieu.

Ce n’est pas Jésus Christ que nous devons protéger, mais le Corps du Christ et ses membres face à ses assaillants qui essayent de démolir le Temple.
Celui qui a perdu la guerre ne se rendra jamais et par son esprit assassin édomien tentera jusqu’à la dernière minute de détruire et d’anéantir le Peuple Élu de Dieu ainsi que le Corps du Christ devenu Peuple de Dieu par Yeshoua pour éviter, ou du moins retarder l’accomplissement de la Volonté de Dieu et le moment du jugement dernier où le verdict qui a déjà été prononcé sera exécuté.

En connaissance des faits historiques, il est utile d’observer une nouvelle fois la façon dont l’ennemi tenta de prendre possession du Sanctuaire, et ce en vue de deux choses :

- Pour pouvoir purifier et sanctifier de nouveau et préparer le Sanctuaire, c’est à dire nos cœurs, nos assemblées et le Corps du Christ. Nous devons être d’abord capables de reconnaître non seulement ce qui est en ruine, mais aussi discerner toutes les choses qui semblent être saintes et bonnes, mais qui en réalité sont mauvaises et profanes.
Les macchabées trouvèrent parmi les détritus au beau milieu des ruines du temple des jarres remplies d’huile, mais ces jarres étaient scellées et destinées à d’autres dieux.
Cette analyse nous est utile pour pouvoir réellement rétablir l’ordre du sacrement et la pureté du tabernacle.

- Nous devons connaître les tactiques, les astuces et les tentatives des conquérants pour ne pas nous laisser duper par les mêmes ruses qu’à l’époque et les laisser pénétrer dans nos vies et nos assemblées.
Si la lumière était faite sur les origines du conquérant, nous aurions une image plus claire sur les ”ancêtres” des mouvements actuels en connaissance de laquelle, le voile serait levé sur la raison de l’apparition et le fonctionnement de nombre de méthodes, voire certaines formes de ministères tant appréciées dans nos assemblées, mais qui sont sous l’influence de l’air du temps. 
Si ce voile était réellement ôté, nous pourrions voir comment fonctionne la duperie et le mensonge déguisés en diverses formes de l’esprit du temps suivant la mode actuelle pour tromper le monde. Cette conspiration provient naturellement de l’ange de la clarté Lucifer, de l’esprit antéchrist babylonien et édomien.
Pour ôter ce voile, voyons dans les grandes lignes certaines personnalités et faits  historiques dont les caractéristiques pourraient nous éclairer sur les tromperies auxquelles nous faisons face aujourd’hui, souvent sans nous en rendre compte.
L’hellénisme et ses spiritualités cousines sont bel et bien présentes dans la vie moderne et leur présence de plus en plus forte dans le monde ne fait que confirmer une fois de plus que le temps est proche. La tolérance doit être abolie. Nous devons nommer les choses par leurs noms, sans détours, pour avertir des conséquences que cela va avoir, non seulement sur nos enfants, mais aussi sur les masses de chrétiens tenus dans l’ignorance et dans l’enfance.
Pour commencer nous devons arriver à avoir une vision spirituelle pour savoir quelle est la fonction de l’huile sainte sur l’autel et ainsi comprendre et aussi enseigner ce qui concerne l’Esprit Saint et Son fonctionnement.
À propos de l’huile nous pouvons dire qu’elle alimente l’éternelle lampe, et quelle apporte lumière, chaleur, guérison, et onction.
Il nous faut enseigner sur les récipients d’argile que nous sommes.
Mais par dessous tout, nous devons connaître le cachet du Grand Prêtre, ce cachet qui servait autrefois à marquer, sceller et séparer les huiles destinées à des œuvres saintes.

Nous devons donc connaître l’Esprit Saint et Son œuvre, Son travail, Son action. Mais au-delà de tous Ses dons, le plus important de nos jours est incontestablement celui du discernement des esprits sans lequel des offrandes impures, des ministères provenant d’une bonne volonté mais servant des objectifs étrangers et faussés sont susceptibles de se retrouver sur l’autel, comme une huile pure qui aurait été allumée par une flamme étrangère.   
Tout comme aux époques anciennes, aujourd’hui encore subsistent l’hellénisme et les religions comprenant l’hellénisme en elles et qui infectent le Temple de Dieu et Son Sanctuaire.
Je crois que Dieu nous donnera non seulement la sagesse, mais également le temps nécessaire pour pouvoir donner ces avertissements de notre propre voix ou par écrit tel un Shofar (cor).
Bien que le Temps soit proche, notre devoir en attendant la re-sanctification du Temple et le Retour de notre Seigneur est celui de la préparation du chemin, le redressement des sentiers.

A la vue des globalisations spirituelles et hellénistes grandissantes de notre époque, il est très important de démasquer les ”hellénistes” et autres ”Alexandre le Grand” d’aujourd’hui ainsi que les traîtres qui les servent et qui vivent parmi nous, ceux qui se font passer pour nos frères, nos pasteurs, nos presbytes et autres fausses organisations ”chrétiennes” prétendant défendre nos intérêts, mais défendant en réalité celles de ces spiritualités colonisatrices et œcuméniques globalisantes.
Aujourd’hui encore nous pouvons trouver des Mélanos qui font passer les trésors du Temple aux mains des ennemis par pur esprit de convoitise.
Antioche fonctionne encore actuellement, ce ”dieu incarné” dont la colère est visible tout le long de l’histoire. Elle conçoit les mêmes stratagèmes en vue de détruire spirituellement voire physiquement le Peuple Élu et le Corps du Christ. Naturellement il est de notre devoir d’attirer l’attention sur le danger et le fonctionnement de l’actuelle Babylone romaine, la prostituée qui se cache derrière tout cela avec tous son pouvoir globalisant, son autorité souveraine et tous ses dieux d’origine païenne et spiritistes, qui pactise et englobe même jusqu’aux religions non-chrétiennes.

Dans tous les domaines de notre ministère, nous continuons la purification et la protection de Jérusalem en tant que membres de l’armée victorieuse pour que nous puissions assister à la Grande Hanukka et être à la bonne place lors du Retour de Yeshoua HaMasshiah. Ce travail est celui de la purification du Corps du Christ et sa préparation pour les Grandes Fiançailles.
Lorsqu’aujourd’hui, dans les synagogues, on commémore le miracle de la hanukka en disant des bénédictions, il nous est aussi permis de nous souvenir mais également de regarder de l’avant.
On allume les bougies de la hanukka près des fenêtres pour que tout le monde puisse voir ”mishoum parsoumé nisa”, c’est-à-dire, pour que le miracle soit public. Nous ne pouvons pas non plus mettre la lampe sous le boisseau, mais bien visiblement sur le chandelier !

Lorsqu’on allume la hanukka (chandelier à 8+1 branches), un chant du XIIIème siècle retentit. Puisse ce chant être pour nous l’expression de nos désirs et de notre foi. Que l’on puisse rendre grâce pour le Nouveau Temple et pour la rédemption promise. Rendons grâce pour le rocher, pour le Nouveau Temple, pour le Sauveur, pour l’inauguration de l’autel qui s’est produit sur le Golgotha. Rendons grâce au Seigneur pour être venu sur terre et pour avoir sacrifié Sa vie en Yeshoua HaMasshiah dont nous attendons le retour en Souverain victorieux. 

MAOZ TZOUR YESHUATI
LEHA NAE LESHABEAH
TIKON BET TEFILATI
VESHAM TODA NEZABEAH
LEET TAHIN MATBEAH
MITZAR HAMENABEAH
AZ EGMOR
BESHIR MIZMOR
HANOUKAT HAMIZBEAH

Mon aide est un rocher,
C’est à Lui que je rends grâce.
Que la Sainte Maison soit reconstruite,
Pour que mes louanges puissent y retentir.
Lorsque tu viendras me sauver
Des mains de mes persécuteurs,
Je continuerai à rétablir l’autel
En chantant de gaies louanges.

Nous tous qui avons reçu la grâce de la nouvelle naissance dans le Corps du Christ, il est de notre devoir en tant que citoyens de Jerusalem et membres du Peuple de Dieu de prendre part au travail de purification et de remplir un rôle de sentinelle pour protéger la Ville contre les assaillants.

Ce travail se poursuivra jusqu’à ce que le Roi arrive à Jerusalem pour rétablir le Temple, le Sanctuaire dans les cœurs, dans les assemblées : dans le Corps du Christ.

Notre première tâche est d’analyser tout ce que l’on dit être saint puisque satan vole d’abord l’huile pour l’utiliser à ses propres fins.
Nous devons analyser les cachets des nouveaux pour savoir si le baptême, la Cène, les louanges, les prières, les carismes servent réellement la volonté de Dieu ou celle de quelqu’un d’autre ?
Toutes les choses qui ont été ointes et toute alliance ayant été cachetée, scellée et qui induisent donc une soumission, une sanctification sont-elles nées selon les Lois de Dieu ou pour assouvir nos désirs idolâtres, ou ceux des autres ?
J’espère qu’au delà de cet examen nous pourrons également examiner, purifier et remplir nos récipients d’huile pour pouvoir nous engager sur la voie de la sanctification.

J’espère qu’il y aura le plus possible de gens parmi nous qui pourront se présenter en tant que récipients remplis d’huile et portant le sceau du Grand Prêtre devant le Sanctuaire le Temps venu. Tout ceci pour que cette huile que nous porterons en nous puisse être allumée par le Grand Prêtre et briller, Le servir et Lui rendre grâce déjà ici sur terre, mais un jour dans le monde éternel également. 

 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SÓFÁR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com