.
Enseignements 
 
Juifs - Chrétiens - Juifs Messianiques
 
 
 
 
C'est pour toi qu'on nous massacre

Par Médy Hajos

 
Auteur de l’Alliance Éternelle, de Déplacant les Pierres et de Les Mains Percées, Mary Hajós a traversé l’Europe et les États-Unis partageant avec nous son message d’amour de fidélité envers Dieu. Née en Hongrie de parents juifs, elle reconnut Jésus comme son Messie tôt après les persécussions hitleriennes. À l’âge de 88 ans, elle nous raconte son expérience de l’assurance et du récomfort qu’elle reçut de Dieu lors des moments de ses plus graves souffrances.

OÙ SE TROUVAIT DIEU DURANT L’HOLOCAUSTE ?

 Il y a plus de 40 ans (aujourd’hui 60) depuis que la Deuxième Guerre Mondiale pris fin en 1945. Malgré tout, dans ma mémoire, les souvenirs sont toujours vifs et présents. Depuis ce temps, j’ai parcouru le monde en long et en large, et où que j’ailles, j’entend revenir constament la même question: “Mais où se trouvait Dieu lorsque les membres de son peuple étaient persécutés et massacrés ? ” Ma plus grande joie aujourd’hui est de pouvoir vous déclarer avec enthousiasme et reconnaissance qu’Il était bel et bien avec nous ! Mon expérience personelle m’a permis de me rendre compte que l’on peut compter sur Dieu dans nos moments les plus critiques, comme IL nous a promis de toujours être avec nous.

 « Dans toutes leurs angoisses, ce n'est pas un messager ou un ange, c'est sa face qui les a sauvés. Dans son amour et sa pitié, c'est lui qui les a rachetés, il s'est chargé d'eux et les a portés, tous les jours du passé. » Is 63,9

 Au printemps 1991, cette vérité me fut confirmée à travers l’une des expériences les plus merveilleuses de ma vie Chrétienne. Étrangement, ceci se produisit dans une chambre d’hôpital où j’ai du passer quelques jours de convalescences suite à la fracture d’une de mes côtes. Malgré avoir été placée dans une chambre semi-privée dans un hôpital pratiquement complet, il n’y avait aucun autre patient à mes côtés. J’ai par la suite reconnu en cette situation l’action divine qui avait pour but de m’avoir à LUI seul, afin que je puisse entièrement me dévouer à LUI.

 Imaginez ma surprise, lorsque couchée dans mon lit dans l’attente d’un assoupissement, j’ai commencé à me sentir plus éveillée que jamais tout en sentant la présence réelle de Dieu qui m’invitait à prier ! Telles furent les préambules d’une glorieuse expérience durant laquelle le Dieu Tout Puissant d’Israël me parla par le biais de son Saint Esprit. C’est là, dans la solitude de ma chambre d’hôpital et durant deux ou trois heures que le Seigneur répondit à la plupart de mes questions les plus ardentes, confirmant sans équivoques que j’ai effectivement vécu et ressenti Sa grâce durant les jours les plus noirs de l’Holocauste.

 

LA CONSPIRATION CONTRE DIEU

 Sous la conduite du Saint Esprit, j’ai commencé à comprendre que l’Holocauste était en fait un attentat de l’ennemi de Dieu afin de remporter une victoire sur Son Peuple qui sont les réels témoins du Seigneur, de Sa Parole et de Son existance-même. L’Holocauste n’avait rien à voire avec la foi car il ne touchait pas seulement des juifs religieux, mais bien et surtout les juifs de descendance directe d’Isac et de Jacob.

« Ô Dieu, ne reste pas muet, plus de repos, plus de silence, ô Dieu! Voici, tes adversaires grondent, tes ennemis lèvent la tête. Contre ton peuple ils trament un complot, conspirent contre tes protégés.» Ps 83,2-4

L’Holocauste qui débuta en 1939, n’était pas la première tentative d’anihilation du Peuple de Dieu. Dans le Psaume 83, nous percevons une image claire de la formation de cette conspiration qui peut être retracée à travers toute l’Histoire jusqu’à nos jours, nous montrant que les ennemis d’Israël sont également les ennemis de Dieu.

  

EN TON NOM Ô SEIGNEUR

Le début de l’Holocauste fut marqué par la “Nuit du Crystal”, lorsque des centaines de synagogues et autres lieus sacrés furent détruits et brulés. Des Torahs et des Bibles furent jetées à terre dans les rues et des Nazis possédés du démon les piétinèrent. Ces faits ne peuvent laisser planer aucun doute sur la nature de ce qui pouvait bien se cacher derrière de tels actes : il ne sagit de rien d’autre que de Satan. Aucun doute non plus sur l’objet de sa haine démoniaque : le peuple juif.

 «C'est pour toi qu'on nous massacre tout le jour, qu'on nous traite en moutons d'abattoir. Selon le mot de l'Ecriture: A cause de toi, l'on nous met à mort tout le long du jour; nous avons passé pour des brebis d'abattoir. » Ps 44,23 ; Ro 8,36

 Souffrir au nom du Seigneur est une souffrance très particulière qui ne peut être comparée à aucune autre souffrance. L’apôtre Paul décrit ceci de la manière suivante : «J'estime en effet que les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous.» Ro 8,18, ainsi que : «Car la légère tribulation d'un instant nous prépare, jusqu'à l'excès, une masse éternelle de gloire» 2Co 4,17.

« Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi. Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux: c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers.» Mt 5,11-12

 Ce type de souffrance exprime bien ce que fut l’Holocauste. À travers l’Histoire d’Israël nous voyons apparaître deux types de souffrances. Le premier est sans aucun doute le châtiment en cas d’adultère ou de désobeissance. L’autre par contre provient de la haine du monde, tout simplement car les juifs sont les élus de Dieu. Pour cette raison, les juifs qui furent exterminés dans l’Holocauste ont souffert au nom de Dieu et sont de ce fait des martyrs ayant reçus la promesse compensatoire d’être au paradis.

  LA FIDÉLITÉ DE DIEU FACE À ISRAËL

 À travers l’Holocauste nous avons le devoir de nous remémorer l’énorme signification et l’importance d’Israël en tant qu’arborateurs de la bénédiction aux yeux du monde entier. Malheureusement, il existe certain Chrétiens qui souffrent de cécité face à l’amour éternel et à la fidélité que Dieu entretient avec son peuple. Si Israël n’était plus le témoignage de la réalité divine, les juifs auraient cessé depuis longtemps d’être la cible de l’ennemi et il n’y aurait jamais eu besoin d’organiser un Holocauste, dès lors que celui-ci est d’après les termes d’Adolf Hitler, la solution finale au problème du judaïsme.

 Il est écrit dans le livre de Malachie au chapitre 3 verset 6 la chose suivante : « Non, moi, Yahvé, je ne varie pas, et vous, les fils de Jacob, vous ne cessez pas! » Dieu appela son peuple à travers la personne de Jacob avant même sa naissance et  s’identifie à lui en son germe comme étant le Dieu de Jacob. C’est la raison pour laquelle la fidélité de Dieu face à son peuple ne dépend pas de la fidélité de celui-ci face aux pratiques religieuses et aux loies. Il est plutôt question de savoir si Dieu en tant que Divinité Souveraine, reste-t-Il oui ou non fidèle à Sa Parole.

 « Car les dons et l'appel de Dieu sont sans repentance. » Ro 11,29

 Si Dieu n’était pas loyal envers Israël, qu’adviendrait-il de l’espoir de l’Église ? L’apôtre Paul se sentait tellement concerné par ce problème qu’il dédia tout le onzième chapitre du livre aux Romains afin de répondre à la question : « Dieu a-t-il rejeté son peuple ? ». Paul attire l’attention des croyants d’origine païenne de ne pas se considérer comme supérieurs “aux branches naturelles de Dieu” qui furent arrachées “au bon olivier” pour permettre aux non-juifs de croire. À la place, il attire l’attention sur leur état de “branche sauvage” gréfée dans le même bon olivier parmis les branches naturelles restantes. Les deux types de branches sont nourries par la même racine - Israël.

 Le livre aux Ephésiens chapitre 2 verset 12 et chapitre 3 verset 6 nous explique la facon dont les non-juifs qui furent auparavant étrangers à l’alliance d’Israël n’ayant aucun espoir et qui, vivant dans le monde à l’écart de Dieu, sont exclus de l’alliance passée avec Israël, et bénéficient aujourd’hui de la clémence en ayant accépté l’Évangile et la Redemption de leurs péchers dans le sang du Christ.

« ...rappelez-vous qu'en ce temps-là vous étiez sans Christ, exclus de la cité d'Israël, étrangers aux alliances de la Promesse, n'ayant ni espérance ni Dieu en ce monde!... les païens sont admis au même héritage, membres du même Corps, bénéficiaires de la même Promesse, dans le Christ Jésus, par le moyen de l'Evangile. » Ep 2,12 ; 3,6

 Dans la foi en le Christ, aussi bien les juifs que les non-juifs ne font plus qu’un. Car c'est lui qui est notre paix, lui qui des deux peuples n'en a fait qu'un, « ...détruisant la barrière qui les séparait, supprimant en sa chair la haine, cette Loi des préceptes avec ses ordonnances, pour créer en sa personne les deux en un seul Homme Nouveau, faire la paix, et les réconcilier avec Dieu, tous deux en un seul Corps, par la Croix: en sa personne il a tué la Haine. » Ep 2,14-16. C’est ainsi que les juifs et les non-juifs forment à eux deux l’ÉGLISE : « ...pour que les Principautés et les Puissances célestes aient maintenant connaissance, par le moyen de l'Eglise, de la sagesse infinie en ressources déployée par Dieu. » Ep 3,10.

 

IL N’Y A PAS D’ÉGLISE SANS ISRAËL

 

LA TRAGÉDIE DU MENSONGE CACHÉ

 Nullepart dans la Bible il n’est question d’un “Israël spirituel”. C’est couchée sur ce lit d’hôpital que j’ai commencé à comprendre les graves dangers que représente une telle doctrine au sein de l’Église – elle octroie à l’ennemi de Dieu une place caché en son sein lui permettant d’y développer l’antisémitisme, lui dérobant ainsi les bénédictions qui lui reviennent.

 Nous devons nous rappeler que pour pouvoir partager quelquechose avec quelqu’un il faut accepter que cet autre en soit également le propriétaire à parts entières. Si l’Église entend partager les bénédictions spirituelles avec Israël, il est nécéssaire pour elle d’accepter qu’Israël en a toujours la légitimité et en soit toujours bénéficiaire. Dans le cas contraire il n’y aurait absolument rien à partager ! Et si Israël n’avait rien, l’Église n’aurait rien non plus !

 Ces non-juifs se proclamant être l’Israël spirituel refusent d’admettre que les vraies bénédictions d’Israël sont partagées avec les juifs puisqu’elles proviennent d’eux ! Par cet enseignement, nombre de croyants sont ammenés à croire aveuglément qu’ils n’ont plus besoin de la proximité de la nation d’Israël.

 Pendant l’Holocauste, de nombreux Chrétiens fidèles ont tenté, au péril de leurs vies, d’aider les juifs. Ceux qui furent capables d’endurer les souffrances et de sacrifier leurs vies face à l’ennemi ont ainsi manifesté et prouvé leur foi envers l’Évangile, Dieu et ses Promesses. Sont-ils morts en vain ? Cette question devient de plus en plus importante à la lumière des évenements du Moyen Orient et du décret de Dieu dans le livre de la Genèse chapitre 12 verset 3, de bénir ceux qui bénissent Israël, et maudire ceux qui la maudissent. « Je bénirai ceux qui te béniront, je réprouverai ceux qui te maudiront. Par toi se béniront tous les clans de la terre. » Gn 12,4. Toute forme d’antisémitisme au sein de l’Église, quelque rusée et cachée soit-elle, en fait l’ennemie de Dieu et tombe sous Sa malédiction.

 « Cieux, exultez avec lui, et que les fils de Dieu l'adorent! Nations, exultez avec son peuple, et que tous les envoyés de Dieu affirment sa force! Car il vengera le sang de ses serviteurs, il rendra la pareille à ses adversaires, il paiera de retour ceux qui le haïssent et purifiera la terre de son peuple. » Dt 32,43

 Je crois que ce mensonge caché fait partie de la conspiration ennemie qui a pour but d’annihiler la nation d’Israël, d’oublier son nom parmis les peuples. Si ceci s’avérait être vrai, ceux qui affirment ces facéties verront la colère et la malédiction de Dieu s’abattre sur eux.

 L’ENDROIT CACHÉ DÉVOILÉ

 Un jour l’Esprit Saint m’a fait prendre conscience de ce grand mensonge qui s’est quasiment infiltré dans l’Église Chrétienne. Il est important d’en connaître les origines. Après tout, je suis consciente du fait que nombreux sont les Chrétiens dévoués qui aiment le Seigneur voire même les juifs eux-même et croient malgré tout en cette hérésie. Si l’on doit convaincre les chrétiens que cette théorie ne provient pas de Dieu, il faut comprendre en quoi celle-ci a-t-elle pu se développer et se répendre dans de nombreuses églises.

 Ce fut une fois de plus la grâce du Seigneur qui répondit à ces questions. Cette hérésie provient simplement de l’idée fausse que les juifs ayant rejeté le Messie, Dieu s’est automatiquement détourné d’eux, n’ayant plus aucun besoin de son peuple. Il est clair d’après les Écritures que quiconque enseignant de telles choses ne peut comprendre le but ultime de Dieu qui fut d’envoyer le Messie sur la croix.

 D’après les projets de Dieu, le temps n’est pas encore venu pour Israël en tant que nation de reconnaître en Jésus le MESSIE et ainsi croire en Lui. D’abord l’Église doit être complétée : les élus juifs et non-juifs doivent être réunis comme pierres vivantes et être bien ajustées les unes aux autres. « …en lui, vous aussi, vous êtes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu, dans l'Esprit. » Ep 2,22.

 Si les dirigeants d’Israël avaient reconnus en Jésus leur Messie, ils ne L’auraient pas envoyé sur la croix. Alors que la cruscifiction fut l’élément essentiel dans le plan de la Rédemption de Dieu en ce qui concerne le monde dans son ensemble. Parceque le Méssie a du mourir pour les péchers du monde, il était nécessaire que la divinité du Christ ne soit pas reconnue. Dieu Lui-même a tenu secret ces choses jusqu’à ce que Son projet de Rédemption soit accompli, comme Paul en fait la remarque :

 « Ce dont nous parlons, au contraire, c'est d'une sagesse de Dieu, mystérieuse, demeurée cachée, celle que, dès avant les siècles, Dieu a par avance destinée pour notre gloire, celle qu'aucun des princes de ce monde n'a connue -- s'ils l'avaient connue, en effet, ils n'auraient pas crucifié le Seigneur de la Gloire. » 1 Co 2,7-8

 À travers son ministère, Jésus vint pour faire le bien, guérir les malades, nourrir ceux qui ont faim et enseigner la Parole du Seigneur avec un pouvoir immense. Les gens l’aimaient et voulaient faire de Lui leur Roi ; voyant cela, les dirigeants d’Israël furent remplis de jalousie et de haine, c’est pourquoi ils conspirèrent pour tuer Jésus. Ces dirigeants furent naturellement incapables de reconnaître en Jésus le Messie promis de Dieu, le Christ.

 « En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont accompli sans le savoir les paroles des prophètes qu'on lit chaque sabbat. Sans trouver en lui aucun motif de mort, ils l'ont condamné et ont demandé à Pilate de le faire périr. » Ac 13,27-28

 

UNE CONDAMNATION À MORT QUI DONNE LA VIE

 « Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu'il soit étranger ou citoyen, il mourra s'il blasphème le Nom. » Lv 24,16.

 Jésus dit de Sa vie : « Personne ne me l'enlève; mais je la donne de moi-même. J'ai pouvoir de la donner et j'ai pouvoir de la reprendre; tel est le commandement que j'ai reçu de mon Père." » Jn 16,18. N’est-il pas merveilleux que le Dieu Tout Puissant qui nous a fait connaître les Loies, utilisa celles-ci pour déposer Sa propre vie, et ainsi devenir le Rédempteur du monde ?

 « Se levant alors au milieu, le Grand Prètre interrogea Jésus: "Tu ne réponds rien? Qu'est-ce que ces gens attestent contre toi?" Mais lui se taisait et ne répondit rien. De nouveau le Grand Prètre l'interrogeait, et il lui dit: "Tu es le Christ, le Fils du Béni" - "Je le suis, dit Jésus, et vous verrez le Fils de l'homme siégeant à la droite de la Puissance et venant avec les nuées du ciel." » Mc 14, 60-62.  Par ces mots, Jésus était parfaitement conscient qu’Il serait condamné pour blasphème en mettant la loie en action. C’est de cette manière qu’il déposa sa vie.  

VOICI NOTRE DIEU

 Bien qu’il était déjà très tard la nuit et qu’il faisait très sombre dans ma chambre, l’amour de Dieu brillait avec on ne peut plus de clarté dans mon âme en répondant aux nombreuses questions qui me brulaient depuis longtemps le cœur. Sa lumière m’avait également révélé une zone d’obscurité dans l’Église, chose qui me chagrine et m’angoisse beaucoup.

 Nous vivons un époque où les nouvelles sur les attaques physiques ou politiques contre Israël sont devenues quotidiennes. Alors que pendant ce temps les Chrétiens du monde entier organisent des conférences prophétiques tentant de mettre ces faits entendus en rapport avec le temps du retour du Seigneur. La pluspart n’on pas réussi à entendre Sa voix les appelant à bénir son peuple. Quelle meilleure manière de montrer l’amour que l’on porte à Dieu si ce n’est en soutenant Son Peuple Élu, la nation d’Israël, prouvant ainsi notre amour et notre intérêt en attendant Son retour ?                                                                     

Il est écrit dans le livre d’Isaïe qu’Israël sera sauvée par Dieu qui lui permettra finallement de Le reconnaître et de se repentir. Israël reconnaîtra alors le Messie et réalisera que seul notre Dieu rédempteur, notre Seigneur Jésus Christ est capable d’essuyer les larmes et de donner la vie éternelle aux nations de la terre entière et en tous les temps.

 « Il a détruit sur cette montagne le voile qui voilait tous les peuples et le tissu tendu sur toutes les nations; il a fait disparaître la mort à jamais. Le Seigneur Yahvé a essuyé les pleurs sur tous les visages, il ôtera l'opprobre de son peuple sur toute la terre, car Yahvé a parlé. Et on dira, en ce jour-là : Voyez, c'est notre Dieu, en lui nous espérions pour qu'il nous sauve; c'est Yahvé, nous espérions en lui. Exultons, réjouissons-nous du salut qu'il nous a donné. » Is 25,7-9.

Hajós Médy
 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR - BUDAPEST, communauté juive croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com


Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR

http://kehilatshofar.com