.
Enseignements 
 
Famille - Assemblée - Communauté
 
 
 
 
 
LA DÎME

Yaakov, B. Orban:

Avant d’écrire quoi que ce soit à propos de la dîme, ayons d’abord devant les yeux l’ordre original de cette loi : 

Maaser - "dîme": type d’impôt 

1./ Maser RISHON- première dîme 

Le dixième de la moisson et du bétail que les fils d’Israël offrirent aux lévites pour leur ministère dans le Sanctuaire, après avoir donné la TRouma 

2./ Maaser min hamaser -" la dîme sur la dîme" 

C’est ce que les lévites donnaient aux cohénites à partir du Maser RISHON 
C’est ce qu’ils appelaient le ”petit don” (T’Ruma Katana).  
(La TRuma Gadola que les fils d’Israël donnaient en offrande allait directement dans les mains des cohénites.) 

3./ maaser sheni- seconde dîme

Après avoir donné la dîme aux lévites, le peuple devait mettre une autre dîme de côté pour la consommer à Jérusalem.  
Et ce la première, la deuxième, la quatrième et la cinquième année suivant l’année Sh’Mita (sabbatique).

Durant la troisième et la sixième année, on retirait du maaser sheni ce que l’on appelle le…
 

maaser ani (maaser-pauvre) qui était donné aux lévites, aux veuves et aux orphelins… 


Comment tout ceci fonctionne-t-il aujourd’hui ? 

Dans bien des cas, les assemblées actuelles se considèrent elles-mêmes comme étant des ”Jérusalems”. 
Pourtant la "Jérusalem" actuelle est : le Corps invisible du Christ… 
Le Grand Prêtre actuel (le Grand Cohen) n’est autre que Yéshoua HaMasshiah.  

De cette façon, c’est l’Esprit Saint qui nous conseille quant à la répartition de nos dîmes, de nos dons et de nos offrandes.  
La dîme n’est donc ni le ”revenu” de l’assemblée, ni celui d’un individu ou d’un fond quelconque… 

Dans le cas de Paul, il ne s’agissait pas non plus d’un salaire préétabli. De même, la dîme ou les dons et offrandes ne peuvent en aucun cas servir de fond aux besoins et aux objectifs des hommes de Dieu actuels.  
Cependant, si Dieu nous y invite, il est possible faire des dons précis à des individus et des assemblées, mais cela doit strictement être fait dans le but d’aider leurs ministères.  
Pour toutes les choses qui aident la personne à accomplir son ministère, les conditions nécessaires à son fonctionnement dans le projet de Dieu.  

Ces sommes d’argent dans le Corps du Christ ne doivent cependant jamais servir des intérêts ou des désirs personnels.  

Si malgré tout quelqu’un vient à dépenser cet argent arbitrairement et selon ses propres désirs, il se verra tôt ou tard retirer son ministère, ou bien, voir celui-ci évoluer dans une toute autre direction.  
C’est ainsi que le spirituel devient psychique, que l’âme se substitue à l’esprit et que les serviteurs de Dieu commencent à se construire eux-mêmes, ou à construire leur propre existence ou quelque’ autre structure terrestre à la place de construire le Corps du Christ. 
Ensuite la personne ainsi que son édifice tombent rapidement en ruine pour ensuite disparaître sans laisser aucune trace.  
Il est donc très dangereux de jouer avec l’argent et les biens matériels de Dieu et du Corps du Christ, et d’en retirer injustement quelconque somme d’argent ou quoi que ce soit à son propre profit. 

Le serviteur ne doit pas uniquement enseigner la foi, mais également en donner le témoignage vivant au monde extérieur par l’exemple de sa vie régie uniquement par cette foi.  
C’est alors que cette liberté de ne plus dépendre de l’argent dans notre ministère devient un bonheur réel…et nous ne faisons pas simplement que l’expérience de l’amour attentionné de Dieu qui pourvoie à tous nos besoins, mais nous le montrons également au monde entier.  


La question de la dîme est constamment d’actualité. Si quelqu’un en ressent le besoin, il va poser des questions à ce sujet et nous nous devons de répondre selon l’ordre de Dieu.  
Mais pourquoi la question de la dîme (et de tout autre don ou offrande) revient-elle constamment en tête de liste des questions des croyants dans les assemblées actuelles ?

Ici en Hongrie :
 
- la chrétienté hongroise préfère demander et tendre la main plutôt que d’assumer la responsabilité et de subvenir elle-même à ses propres besoins… 
- le soutien venant de l’étranger se fait de plus en plus rare et de plus en plus maigre, créant ainsi une atmosphère de panique. 
- les donateurs étrangers ne voyant aucun fruit résultant de leur dons passés, et cessent d’envoyer leurs subsides. 
- dans la plupart des cas, les sommes d’argent ont été utilisées à des fins individuelles ou d’assemblées, et de ce fait Dieu stoppe le gaspillage après un certain temps.  

La liste des péchés est loin d’être exhaustive, mais je pense qu’il est avant tout primordial d’ôter le voile sur le fond, la racine de la raison pour laquelle il n’y a aucune bénédiction spirituelle sur l’utilisation de l’argent ? 
Le retrait de toute bénédiction spirituelle par la volonté de Dieu est à chaque fois la conséquence du fonctionnement d’une spiritualité étrangère.  

Je citerais quelques lignes écrites de la plume d’un grand enseignant de la Parole très à la mode et apprécié par beaucoup actuellement :  

"Je voudrais résumer l’enseignement de l’Ancien Testament car nous pouvons en apprendre beaucoup à partir des principes de base, bien que la Loi ne nous lie plus.

Le Nouveau Testament utilise de nombreuses fois des principes tirés de l’Ancien Testament, mais à la manière du Nouveau Testament.”
(Alan Vincent: Finances au Royaume de Dieu tome II.) 

Le rejet, l’utilisation arbitraire ou la falsification de la Loi de la Dîme – ainsi que de beaucoup d’autres Lois immuables et éternelles -  en prétendant avoir un ministère apostolique ou prophétique à pour conséquence que ce qui appartient à Dieu tombe dans les mains d’hommes par le biais de l’escroquerie. En falsifiant ainsi l’Esprit de Dieu et l’Esprit du Christ, les fausses autorités exercent leurs pouvoir spirituel sur les croyants arrachés à la Loi et maintenus dans l’infantilisme et l’ignorance spirituelle malgré qu’étant de bonne volonté ! 

La malhonnêteté des ”apôtres” et surtout des ”prophètes” actuels est facilement reconnaissable lorsque suite à leur apparition, ils tentent très rapidement de mettre la main sur les biens matériels des croyants.  
C’est dans ce but qu’ils utilisent la fausse charismatique de la mystification.  
Si la force et le pouvoir ne suffisent pas, alors ils ont recours à la fausse autorité pour régner, ainsi que pour expliquer et faire valoir leurs droits et leur pouvoir sur l’argent.  

Il n’est possible de parler de la dîme que si l’on accepte la continuité de
la Loi, c’est-à-dire que si l’on considère et accepte l’Ancien et le Nouveau Testament comme se construisant l’un sur l’autre en une UNITÉ éternelle et immuable.  

Tant que les Lois Révélées de Dieu ne sont pas à leur place légitime dans nos vies, nous restons sous le règne de lois étrangères et des ”rois” dont elles proviennent. 


Ceci est la conséquence spirituelle inévitable du mensonge
.


 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SÓFÁR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com