.
Enseignements
 
Famille - Assemblée - Communauté
 
 
 
 
La place et les devoirs de la femme...

Yaakov, Béla Orbán:

La place et les devoirs de la femme dans la famille...
La place et les devoirs de la femme dans l’assemblée...


C’est souvent en se référent aux événements de l’Ancien Testament, voire par la mauvaise interprétation des propos de Paul concernant les femmes, que celles-ci sont souvent mises à l’écart voire même oppressées et en proies a une terreur masculine sans pitié. Il serait grand temps de remettre les pendules à l’heure.
Osons parler de ça, et s’il le faut allons nous repentir devant Dieu !

Le respect de la femme dans la communauté juive
Voyons quelques citations provenant de sages juifs qui reflètent la vision qu’ils avaient des femmes.
-”Que l’homme chante sans cesse des louanges pour sa femme et ses enfants.”
Il faut acheter les cadeaux sans jamais réfléchir à sa situation financière… (Chulin 84.b)

Le Talmud veut que l’homme achète le cadeau lui-même à sa femme pour la rendre heureuse.

-”Respectez vos femmes pour que vous vous enrichissiez”
En d’autres termes : que l’homme respecte sa femme en tous lieux et en tous temps, puisque la source de toute bénédiction est la femme...

-”Que l’homme écoute sa femme, que se soit concernant les choses de la maison comme celles du monde”

-”Si ta femme est petite, abaisse-toi pour écouter ce qu’elle dit"
(Rava amorita, Bava Mecia, 59,a)


Les femmes dans la famille
Chez les juifs, la femme est la pierre de l’aide (Even Haetzer), celle qui élève et enseigne les enfants, celle qui garanti la chaleur dans le foyer ainsi que la paix (Shalom Bajt) dans la maison. C’est ainsi qu’elle devient aide compagne pour son mari. Elle n’est pas une esclave, une servante mais bien – Compagne. Une compagne qui de surcroît entoure son mari de louanges tous les vendredis (voir Proverbes : la louange de la femme vaillante). Si la femme rempli son appel, elle aura une vie familiale paisible, équilibrée et harmonieuse. Serait-ce aussi simple que ça ?  

Oui, c’est aussi simple que ça ! Ou peut-être pas ?
Si nous lisons attentivement la louange de la brave femme dans le livre des proverbes, et si nous la replaçons dans notre contexte actuel, sans en changer le fond ni la substance, nous pourrons nous rendre compte des raisons pour lesquelles il y a tant de mauvais mariages de nos jours. Pourquoi ça ne marche pas, où pourquoi on en arrive au divorce après un certain temps ?
/ Ne parlons pas maintenant de quand est-ce que les hommes louent (acceptent) leur aide-compagne la femme ?/

La libéralisation de la situation de la femme a déjà commencé à l’époque de la Réforme. Á partir de ce moment-là déjà, la famille est devenue une simple entreprise où les conjoints ne sont que de vulgaires associés et non des compagnons…
Nous ne devons pas revenir aux anciennes coutumes et traditions, mais nous devons revenir au Projet de Dieu et à Ses Lois, même là dedans…

Car sans le règne de Yéshoua, nous ne parlerions que de simples méthodes…


Mais retournons la question à présent !

Pourquoi un homme se fatigue-t-il ? …ou une femme se fatigue-t-elle ?
Parce qu’autrefois, il avait une aide. Déjà dans le livre de la création (Genèse), il est question d’aide !
Et puis, où sont ces enfants qui ne veulent pas grandir, ceux qui auraient déjà certains devoirs au sein de la famille durant leur enfance ?  
Ceci ne vaut pas que pour les enfants physiques, mais aussi pour les enfants spirituels.  
- C’est pour cette raison que le chef de famille est obligé de s’occuper de nombreuses choses inutiles, des choses qui ne devraient pas être sa tâche.
- Un autre problème est lorsque les rôles s’intervertissent, lorsque la femme joue un rôle masculin dans un appel qui n’est pas à elle en causant tant de dégâts que les hommes ont beau attacher leur ceinture pour rétablir la situation…
- Et enfin le problème des femmes jésabéliennes surtout dans les pays à majorité catholique, celles qui se mettent et s’incrustent au-dessus des hommes pour régner sur eux…
/naturellement il existe des hommes jésabéliens également.../


Les femmes dans les assemblées
Lorsque nous parlons d’unité, nous parlons de l’unité de la famille, de la communauté, du Corps du Christ et du Peuple de Dieu.  
La femme à une place, un ministère et une présence toute particulière dans tout ceci.
- Que peut faire une femme, et que ne peut-elle pas faire ?
- Quels sont les ministères qu’elle peut remplir ?

En quoi l’appel et les dons du ministère de la femme et de l’homme diffèrent-ils ?  
Bien que les deux soient de toutes façons égaux, en quoi diffèrent-ils malgré tout ?  


Dans certaines assemblées, les femmes chrétiennes se sont placées dans un nouvel "appel":

Elles luttent pour que la situation de la femme se renforce en esprit pour qu’elles puissent remettre les hommes à leur place…

Ici il y a quelque chose qui cloche !
Pourquoi ? Parce que les combats spirituels son menés par des personnes qui n’ont jamais accepté le fait que Dieu les aie crée pour être mariées, pour être des femmes et des mères.  
Je pense que la remise en place de la situation de la femme devrait commencer par la remise en place de cette concrète volonté de Dieu qui est connue de tous.  
En premier lieu il faudrait aller devant Dieu avec les mariages en ruines ou avec ceux qui ne se sont jamais produits du fait de leur non-acceptation.  

Ma question est cependant encore plus profonde que cela !
Ne serait-ce pas la divinité féminine, l’adoration de la femme qui serait en train de se renforcer en esprit ?
Car dans des pays à majorité catholique, où les esprits de nouvelles déesses font sans cesse leur apparition, le culte de la Vierge Marie ainsi que d’autre déesses-mères se revitalisent !

Ceci arrive pour que par le nouveau règne féminin, les hommes soient encore plus exclus et évincés de la place et du ministère auxquels Dieu les a appelés à l’origine.  
Ceci arrive, pour que ce que j’ai l’habitude d’appeler les chrétiennettes (version croyante des Suffragettes) puissent faussement se défendre et justifier leur solitude et leur insoumission ?

Car un homme spirituellement sain n’ira pas sous un pouvoir matriarcal, alors qu’un homme juif, lui n’ira jamais sous un tel pouvoir. En d’autres termes, un juif (et tout ceux qui acceptent le projet de Dieu en ce qui concerne la famille, la femme et l’homme) n’ira jamais dans une telle assemblée…
Pourtant la chrétienté sans les juifs est tout aussi morte qu’une assemblée sans hommes.  

Il semblerait qu’il s’agisse du cas typique lorsque l’on remplace la vérité par des demi-vérités…
Car seule une personne libre est capable de lutter pour quelqu’un d’autre !
Celui ou celle qui vit tout ce que Dieu lui a donné en tant qu’homme ou femme dans sa liberté.

Par contre, celui ou celle qui n’est pas libre de son narcissisme, à cause duquel il-elle est resté seul, ou bien qu’il-elle n’est pas libre de l’esprit jésabélien ou de ses racines catholiques…, ne peut être que l’outil de la sorcellerie charismatique tout au plus.  

Par adoration, par volonté de se faire valoir ou par ignorance…


Le ministère de la femme
La question peut se poser quant à savoir, comment le ministère du mari et de la femme peut-il se manifester au sein du mariage et dans une communauté face aux autres et au monde extérieur ? Quel est le ministère visible de la femme dans le ministère aux côtés de son mari ?  

Le ministère de la femme est un ministère très silencieux, un travail ”d’arrière-plan”, l’assurance d’une présence spirituelle et psychique constante qui aide le ministère de son mari. Le devoir de la femme est la stabilité, que le mari sache et sente toujours que sa femme est à ses côtés et derrière lui.  Son  cœur doit battre au même rythme que celui de son mari, mais les ministères visibles et manifestes doivent être représentés par le mari. Le mari est le prêtre de la famille, celui qui présente les offrandes. De même dans une assemblée, c’est également lui qui représente la famille, qui transmet les Lois de Dieu aux autres aussi.   

J’ai réfléchi à cette question d’autant plus que j’ai souvent été le témoin de cas où la femme avait divers ministères prophétique et de délivrance aux côtés de son mari, choses qu’elle exerçait en plus de manière bien visible aux yeux du grand public s’accordant ainsi une certaine autorité… Je sentais que quelque chose ne tournait pas rond au sein de ces couples, quelque chose qui allait contre l’Ordre divin…

Comment cela fonctionne-t-il réellement ?
La femme peut avoir un ministère à part.
Cependant elle ne peut l’exercer que si elle dispose d’une couverture-protection spirituelle venant de son mari, ou si elle n’est pas mariée, de son père ou de sa communauté.  
L’unité et l’ordre spirituel doit impérativement fonctionner…

Aucun ministère ne peut fonctionner sans couverture, sans protection…
Mais le ministère de l’homme ne peut non plus fonctionner sans la surveillance et la couverture de Yéshoua HaMasshiah.
 


Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com