.
Enseignements 
 
Famille - Assemblée - Communauté
 
 
 
La vie sexuelle

Yaakov, Béla Orbán

J’ai de nombreuses fois entendu dire, durant mon existence que les juifs sont les meilleurs amants et les juives, les meilleures maîtresses…
Je ne suis pas d’accord sur ce point, car ils ne pourraient être que les meilleurs maris et femmes tout au plus.
Mais je pense que chacun est susceptible d’utiliser cet atout légitimement, en connaissance des règles que Dieu nous a fourni et offert en la matière. 

En hébreu, lorsque quelqu’un

couche avec une femme,

Il ne coïte pas avec elle, ne la fait pas sienne, etc…, mais bien

chimech mitato – se fait le serviteur de son lit....

Si les hommes/maris savaient cela, les mariages seraient bien plus épanouis et meilleurs qu’ils ne le sont.  
Le service quant-à-lui ne peut être rendu que sous un certain pouvoir…
Cela voudrait-il dire que la femme exercerait le pouvoir sur son mari bien que vivant dans un ordre patriarcal ? Absolument pas !

Le corps de la femme est aussi un temple, et l’accouplement est un ministère susceptible d’être bénis et sanctifié par Dieu :

Lorsque Dieu offre une nouvelle vie…

Si quelqu’un ne fait pas que s’aimer soi-même à travers cet acte, il est capable de vivre un bonheur et une joie accrue et multipliée.  

Lorsque deux êtres ne font pas simplement que s’unir émotionnellement et physiquement, mais lorsqu’ils s’épanouissent aussi spirituellement l’un en l’autre.


La vie sexuelle avant le mariage

Il faut tout d’abord éclaircir certaines choses : combien de temps faut-il pour faire connaissance avec l’autre et que doit-on considérer comme union corporelle.  
L’union corporelle en dehors du mariage est fornication.  
Toute relation sexuelle en dehors du mariage, comme toute relation qui n’a pas été sanctifiée est fornication aux yeux de Dieu.  
Une personne née de nouveau ne peut donc pas vivre en concubinage avec quelqu’un pour que les désirs de son corp et de son âme soient assouvis et apaisés, alors que la relation n’a pas été bénie spirituellement par la présence de Dieu.

Dieu veut être présent dans le mariage…!

Dieu ne donne jamais son accord pour le péché !
Excepté dans les cas où le couple déjà unis en corps et en âme se prosterne devant Dieu et Lui demande d’entrer dans leur vie après leur conversion et leur naissance de nouveau.
Par contre tout ceux qui connaissent le concept du péché et qui ont déjà donné leur vies au pouvoir de Christ, ne peuvent plus avoir de relation non-sanctifiée et sexuelle qui tombe dans la catégorie de l’unification corporelle…

Dans le cas du divorce (s’il est selon la volonté de Dieu), ou lorsque quelqu’un renvoie sa femme, il ne peut pas se remarier avec quelqu’un d’autre tant que le divorce n’a pas été prononcé !
Dans ce cas, la rupture doit se réaliser de manière physique, psychique et spirituelle, et le cachet des autorités juridiques du monde est également nécessaire…!  

Une personne en cours de divorce n’est pas une personne divorcée !

Tant que l’affaire n’a pas été clôturée, toute nouvelle relation tomberait dans la catégorie de la bigamie qui est naturellement aussi synonyme de fornication…  

Si divorce il y a, celui-ci doit cependant obligatoirement s’effectuer selon la Loi de Dieu. Si ce n’est pas le cas, alors il s’agit du péché d’adultère.
Celui qui s’unit avec l’adultère s’uni avec le péché également.


Perversion et fornication/déviationnisme sexuel

La Halakha juive interdit les relations homosexuelles.  
L’homosexualité tombe dans la même catégorie que la bestialité, la nécrophilie, la pédophilie, ainsi que toutes les autres formes de déviance, telle la prostitution.  
Le jugement est le même que pour n’importe quelle autre déviance sexuelle.  

La Halakha ne cherche pas à savoir quelles sont les causes psychologiques et sociales qui sont à la source du problème et ne le considère pas comme une maladie incurable…

Elle ne donne qu’UNE SEULE explication à son jugement :

Tout ce qui remet en question le sens et l’objectif de la Création est INTERDIT.

Naturellement, cela ne veut pas dire que le but de la relation sexuelle est à chaque fois la procréation, mais qu’aucune forme de relation physique qui exclu la possibilité de créer la vie n’est acceptable.  
En d’autres termes, les organes génitaux de l’homme et de la femme ne peuvent être utilisés que suivant leur fonction originale.  

A cette interdiction de la Halakha, nous pouvons aussi ajouter :

- celui qui a la possibilité de vivre une vie sexuelle au sein d’un couple et qui ne le fait pas,  
- celui qui a la possibilité de vivre une vie sexuelle au sein d’un couple, mais qui ne fait que s’aimer soi-même et assouvis ses propres désirs à travers l’acte physique

commet exactement le même péché que les déviants des différentes catégories mentionnées plus haut.  

Ils commettent tous le péché de la fornication, tout comme les moines et les nones qui désobéissent et agissent contre la volonté et le but procréateur de Dieu. (Sauf quelques rares exceptions…)


L’homosexualité

Nous sommes arrivés dans une phase de l’histoire où le rejet de la Loi et de l’Ordre de Dieu a atteint un tel degré, que l’homosexualité n’est plus considéré comme une maladie, mais bien acceptée comme l’une des formes de l’expression de la soi-disant liberté humaine.  

Il est donc nécessaire pour tout ceux qui appartiennent au Peuple de Dieu, de proclamer la Loi dans ce domaine également à tous le monde et ce, sans discussions possible et sans aucune équivoque.
Même si cela s’oppose aux lois religieuse et du monde d’aujourd’hui.  

Il ne s’agit pas ici d’une prise de position politique, mais bien d’une profession de foi concernant la Volonté de Dieu, Ses Lois et notre foi en Lui.  

En allant sur l’internet, nous pouvons découvrir avec stupeur un nombre sans cesses croissant d’assemblées chrétiennes gays et lesbiennes, ainsi qu’une explosion du nombre de « pasteurs », hommes ou femmes clamant ouvertement leur appartenance à cette forme de déviationnisme sexuel.

Cet enseignement a également pour but de prévenir une éventuelle vague de calomnies, de médisances, ainsi que d’antisémitisme.  
Car il existe un bon nombre d’assemblées messianiques homosexuelles.
Beaucoup de célébrités d’origine juive d’hier et d’aujourd’hui sont connues pour être homosexuelles également.  

À cause de ces quelques exemples, on va souvent même jusqu’à attribuer le mal (l’homosexualité) à la communauté juive tout entière qui vit dans la plupart des cas en harmonie et en amour devant Dieu au sein d’une famille équilibrée.
Satan tente de nouveau de discréditer tout un Peuple à cause de quelques déviants…

Je ne voudrais pas m’attarder sur les fâcheux résultats dont nous témoignent une autre forme de déviationnisme du nom de célibat, ainsi que sur ses conséquences. Une étude entière pourrait également être consacrée à l’analyse de la « révolution sexuelle » et de ses conséquences jusqu’à Sodome. Je ne veux pas non plus ôter le voile sur tous ceux, qui devraient être des grand-pères et des grand-mères à l’heure qu’il est, ainsi que l’analyse de leur sinistre héritage sur les générations suivantes.  

Mais je me dois de nommer le péché, ainsi que la Loi qui la dévoile tout en proclamant la possibilité de la Grâce, seule capable de l’absoudre.  


Masturbation - Onan

Le problème est venu s’inscrire dans la conscience collective sous le nom d’Onanisme, lorsqu’un homme assouvis ses désirs sexuels lui-même.  
Quelles peuvent bien être les causes d’une telle habitude et peut-on la pratiquer ?

Car dans l’histoire d’Onan, il s’agissait de tout autre chose !
Dans ce récit, Onan a désobéi à l’ordre de Dieu qui était de féconder la femme de son frère défunt, chose qu’il n’a pas fait, et c’est pour cela qu’il a du mourir.  
Ou bien, la masturbation s’opposerait-elle aussi à la vie ?  

Ce thème est tabou au sein de la chrétienté qui a honte de l’aborder. Pourtant tous les hommes sont très tôt confrontés à ce problème dès la puberté, lorsqu’ils commencent à se rendre compte que leur corps fonctionne et deviennent de ce fait distraits, anxieux et en souffrent parfois beaucoup.

Les parents quant-à-eux abandonnent généralement leurs fils qui doivent se confronter seuls à ce problème, laissant ainsi libre cour à leurs désirs dont les répercutions ne seront visibles que plus tard dans leurs vies de couple.  
D’une façon ou d’une autre, cette mauvaise habitude pourra avoir des conséquences telles, que le mariage ne fonctionnera pas, voire même le bonheur et le plaisir offert et proposé par Dieu dans le cadre de cette institution seront absents et inexistants.  

J’ai aussi malheureusement été le témoin de cas où l’égoïsme et le narcissisme ainsi développés par l’intermédiaire de cette habitude d’autosatisfaction, a carrément exclu toute possibilité de rencontre avec quelqu’un et de vie en couple.  
Le malade en question avait cependant trouvé des excuses pour expliquer la légitimité de son péché de narcissisme par la mystification de son appel qu’il considérait comme étant très particulier.  
Cet homme a près de 40 ans aujourd’hui…  

Dès lors que l’église a détruit et ruiné la pensée des jeunes en les menaçant et en affichant l’onanisme comme étant un péché mortel, nous devons très sincèrement faire face à ce problème et connaître la réponse de Dieu à ce sujet … pour nos enfants, ainsi que pour ceux des autre.

Tout comme dans le cas de la fornication, la masturbation a elle aussi une variante psychique et une variante spirituelle !

Lorsque quelqu’un est incapable de s’intégrer dans une communauté.
Lorsque quelqu’un est incapable d’accomplir un ministère avec une autre personne de façon « asociale ».
Lorsque quelqu’un est incapable de partager le bonheur ou le malheur dans le ministère avec autrui.  
Lorsque quelqu’un construit une « communauté » pour son propre bonheur en excluant les autres, pour exercer le pouvoir sur eux…  
… Mais cette liste est extrêmement longue …  

Puisque la masturbation n’est rien d’autre que le summum de l’égoïsme, la pensée ou le ministère égoïste est aussi masturbation.  
La source du problème est en général un complexe d’infériorité, le rejet de la personne durant son enfance et un trouble d’identité en général.  
Par exemple, l’état de schizophrénie engendré par une double identité judéo-chrétienne.

Une situation familiale désordonnée ou n’importe quel autre péché caché peuvent également en être les causes.

C’est pour cette raison que je commence toujours nos cultes en demandant aux gens dans l’assemblée de nous raconter les « nouveaux cantiques », toutes les choses que Dieu a réalisé en nous ou à travers nous durant la semaine.  
Car nous voulons partager nos bonheurs, tout ce qui est ministère commun et témoignages par l’action de Dieu.  


La masturbation peut fonctionner dans le mariage, mais peut aussi amener la personne à vouloir rester seul.  
Lorsque quelqu’un est incapable de vaincre l’Amalek qui est en lui et n’en est pas libre, il n’accepte pas l’ordre divin.  

- Une telle personne se trompe elle-même ainsi que son entourage et fuit dans une sorte de masturbation psychique ou spirituelle (elle devient un genre de nonne ou de moine – tombe dans la fausse charismatique ou dans l’idolâtrie charismatique…)
- Elle vie une vie double…
- Et devient homosexuelle, voire tombe dans une forme de sodomie encore plus malsaine.

C’est ainsi que l’idolâtrie et l’amour de soi aboutit à la fornication physique-psychique et spirituelle, dont les variantes exposées précédemment sont plus que de simples péchés…  


Fornication et/ou Adultère ?

Dans Matthieu 15,19 Yéshoua dresse la liste des péchés provenant du cœur où figurent la fornication et l’adultère. Il cite ces deux péchés indépendamment l’un de l’autre. (Dans la traduction hongroise – et française –, tout comme dans la version grecque originale, ainsi que dans la traduction hébraïque). Les deux termes sont distincts et ne sont pas des synonymes. Ils ont tout deux une signification différente.  

Il serait nécessaire d’approfondir ce sujet également, mais pour l’instant je ne citerais que quelques pensées fondamentales concernant la définition de ces mots.  

Adultère :

Lorsque quelqu’un agit contre un mariage qui a été sanctifié par Dieu.  
Lorsque l’une des parties, ou une tierce personne externe essaye de s’emparer de l’autre en vue de l’utiliser à ses propres fins.   

Ceci ne se produit effectivement pas toujours que physiquement !
Pour ne citer que quelques exemples :

- Si quelqu’un ne lâche pas son fils ou sa fille et se rattache trop à son enfant, il/elle empêche une partie du mariage de son enfant de fonctionner, et lui vole une partie de l’unité familiale.
Qu’il s’agisse de temps, d’argent ou de quoi que ce soit que la personne puisse dérober à l’autre et utiliser arbitrairement.  
Le plus grand nombre d’adultère sont ainsi commis de l’extérieur : par les PARENTS....!

- Toutes les idoles (dans le cas des chrétiens, les faux charismes, les pasteurs, les ministères, les mouvements, les assemblées, etc…) écartent principalement les individus de Dieu, mais par la suite, viennent également s’immiscer dans la vie conjugale pour détruire le couple.  
Les idolâtres ne remplissent généralement pas leurs obligations conjugales et parentales : ils sont adultères…  

Fornication :

Dans tous les cas, l’adultère prend sa source dans la fornication physique-psychique et spirituelle, lorsque quelqu’un abandonne son conjoint par intérêt personnel.  
Il/elle se « vend » lui/elle-même, et vend l’autre aussi par la même occasion.  
Dans d’autres cas, la fornication spirituelle et de l’âme empêchent l’homme et la femme de vivre en couple.  
Ainsi une nonne, un prêtre, un moine, le « petit fiston à sa maman », ou le serviteur de Dieu qui se donne « corps et âme » à son ministère commettent le péché de la fornication dans la plupart des cas !
Car ils désobéissent à Dieu qui voudrait qu’ils soient tous des hommes, des maris, des femmes, des parents et les aides les uns des autres.
Au lieu de cela, ils ont tous choisi quelque chose d’autre qui leur a parût plus beau et meilleur.  

Cependant, les mariages qui ne se sont pas réalisés et qui sont inexistants sont aussi des péchés d’adultère allant à l’encontre du projet matrimonial et familial de Dieu.  

Tant que quiconque déforme un mariage, ou ne rempli pas certaines de ses fonctions en son sein, ou bien remplace ces parties par quelque chose d’autre, il est dans le péché d’adultère.  
Celui ou celle qui abandonne son compagnon, ou ne commence même pas son mariage :


COMMET LE PÉCHÉ D’ADULTÈRE … PAR LE PÉCHÉ DE LA FORNICATION.  

Il est nécessaire de se pencher plus profondément sur le sujet, car :
En l’espace de quelques années, 40 personnes ont quitté notre communauté, dont seuls deux étaient des hommes.  
Elles vivaient toutes en dehors du mariage. Soit :
- elles (ils) n’ont jamais été mariées et expliquaient cet état de célibat par de fausses excuses chrétiennes, se trompant ainsi elles-mêmes principalement.
- elles ont été ou étaient mariées officiellement, mais ne sont jamais devenues des compagnes dans leur mariage qui en est resté inerte.  

Il est nécessaire d’en parler, car les membres de ce genre « d’équipe » sont présents partout et font leur apparition dès que quelque chose de nouveau commence quelque part, en vue de contaminer les autres.

Ils/elles s’aident les uns les autres pour détruire de nouveaux mariages.  

Ce phénomène est aidé et accéléré par le fait que les assemblées sont de plus en plus efféminées et que les hommes ne remplissent plus la fonction qui leur a été donnée par Dieu. Après un certain temps, ils deviennent même incapables d’accomplir cette tâche, même s’ils le voulaient, puisque les spiritualités en action se dressent contre l’ordre patriarcal de Dieu pour rassembler le Peuple de Dieu sous son propre pouvoir matriarcal.  

«
tu as été la femme adultère, qui reçoit des étrangers au lieu de son mari »  (Ez.16:32)

Ce jugement fut porté sur Israël qui adorait d’autres dieux que son Dieu.
Ce jugement nous enseigne cependant sur ce qui est la différence fondamentale entre fornication et adultère dans nos relations humaines.

Mais qui peuvent bien être ces étrangers ?
Un compagnon qui n’a pas été désigné et choisi par Dieu.

Lorsqu’une tierce personne surgit dans un couple. Le cas est bien connu, lorsque les désirs de la chair et de l’âme humaine combattent l’esprit, la Volonté de Dieu par la tentation physique et psychique, ou par la séduction.  

Mais il y a aussi des cas, lorsqu’on empêche le mariage de se réaliser ou de fonctionner.  
Dans un cas pareil, c’est la Volonté de Dieu et l’institution du mariage qui sont les cibles d’une attaque criminelle.
Il peut aussi arriver qu’une telle relation ou communauté physique ou psychique se développe entre deux personnes, ou entre un parent et son enfant que l’alliance passée entre deux êtres devant de Dieu est incapable de fonctionner.
Le verset biblique cité plus haut juge le faux ministère, le célibat arbitraire et tout ce dont quelqu’un est susceptible d’être « amoureux ».  
Derrière ces relations se cache à chaque fois l’idolâtrie dont la racine est l’égocentrisme dans la plupart des cas.  

Un exemple d’un tel adultère :
J’ai connu un homme d’une cinquantaine d’années qui était divorcé et célibataire.  
L’autre personnage était une jeune femme de 25 ans provenant d’un milieu familial catastrophique qui a été hébergée chez ce monsieur pour fuir cette situation insoutenable.  
Tout deux étaient croyants, donc une sorte de communauté s’est développé entre eux.  
Une histoire somme toute qui peut paraître très belle, avec beaucoup d’aspects pratiques à première vue.
La jeune femme s’occupait des travaux ménagers, l’homme n’était plus seul et ils se partageaient même une certaine forme d’amour mutuel.  
Pourquoi cette situation était-elle adultère malgré tout ?
Puisque cet état n’était pas provisoire et de courte durée, mais s’était stabilisé après un certain temps :  
- l’homme est de moins en moins apte à rencontrer, accepter et recevoir la compagne que Dieu lui a désigné.  
- la femme se retrouve elle aussi dans la même situation
Bien que le péché de la fornication n’était pas supposé être présent dans cette relation, malgré tout, cette situation confortable empêchait toute femme ou tout mari potentiel d’approcher et de trouver sa paire en eux.

Cette relation a au moins retardé le moment où les deux personnes pourraient être bénies de Dieu par le don de leurs compagnons respectifs.  
Tant que cette situation est maintenue, le Projet de Dieu est entravé : péché d’adultère !

Il existe malgré tout une autre possibilité :
Si Dieu les a réellement réunis selon sa Volonté malgré la différence d’âge, alors ils doivent en témoigner devant Dieu et les hommes par le sacrement du mariage.  
Ce pas doit être fait en raison des tentations physiques, ainsi que pour être libre des calomnies provenant des autres pouvant les accuser et peser en malédiction sur eux...

Pourquoi est-il urgent de clarifier et de régulariser ce genre de situation ?

« Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères n’hériteront point le Royaume de Dieu »... (ICor 6:9-10)

Cette avertissement concerne tout le monde !
Quiconque porte injustement ce jugement sur quiconque : condamne !!!

Celui qui agit ainsi se met à la place de Dieu comme faux juge et « roi » et aboutit à un châtiment sévère.  

Je n’ai pas cité cet exemple pour juger les deux personnes concernées, mais bien pour attirer l’attention que faute de réglementation et de changement, une telle relation est porteuse d’un grand danger et susceptible de tomber dans le péché d’adultère à n’importe quel moment.  
Le péché grave des deux personnes est probable, et il se peut facilement que deux autres personnes souffrent quelque part plus loin attendant que leurs compagnons respectifs soient libres pour pouvoir enfin les rencontrer.


Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR - BUDAPEST, Communauté juive croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com