.
Enseignements 
 
Famille - Assemblée - Communauté
 
 

 
Où sont donc passés les hommes ?
 
Yaakov, B. Orban:
 
Ière partie  

Le complexe et le conflit d’Œdipe et autres maladies…

C’est en cherchant les racines de l’antisémitisme que je me suis arrêté un instant dans mes profondes recherches des origines du problème.

Dès mes premières fouilles, je suis tombé sur la première couche géologique du problème, celle des racines édomiennes du fléau. Cette spiritualité bien connue de tous, mais malgré tout négligée quant à son analyse, se situe à la base même de la violation de la Loi, donc de la révolte contre Dieu, bref il s’agit là d’une spiritualité et d’une œuvre antéchrist.

Cette œuvre s’accomplit d’ailleurs en s’attaquant principalement et en premier à l’homme et à son appel. En outre, cette spiritualité s’attaque aux deux sexes en les déstabilisants dans leur identité et dans leurs fonctions, altérant ainsi leur estime et leur amour-propre.  

Les causes et les méthodes utilisées pour accomplir cette œuvre démoniaque sont nombreuses et extrêmement variées et ne proviennent pas des femmes dans tous les cas.

La conséquence des péchés et des violations des Lois entraîne un ébranlement de l’ordre divin qui s’accompagne de la destruction des relations humaines ainsi que celle des mariages et des familles.  

Ensuite grandissent, et ont déjà grandi des générations qui réprouvent voire haïssent déjà leurs parents, conséquence de quoi des relations tendues et malsaines se développent au sein des familles entre leurs membres.

Les mères se retrouvent être le centre d’intérêt des familles. Nous sourions de tendresse le plus souvent lorsque nous voyons un petit garçon se tortiller sur les genoux de sa maman en oubliant que souvent, les pères ont depuis longtemps perdu leur statut familial et ne sont plus que des membres de la famille sans accomplir leurs tâches et sans remplir leur fonction de chef de famille.

Bien que tous ces phénomènes soient bien connus de la psychologie moderne, la connaissance des ces problèmes nous sera bien utile puisque les hommes d’aujourd’hui sont très ”occupées”, ont disparus, se sont retirés du devant de la scène. Les femmes quant à elles, remplissent parfois des fonctions, ou accomplissent souvent des tâches qui sont illégitimes et ce, en des lieus inopportuns et qui peuvent souvent être contraires à la volonté de Dieu.

Il serait très facile de montrer les autres du doigt, comme si ce problème n’existait pas dans les assemblées chrétiennes, mais sachons que le problème y est bel et bien présent et en continuelle croissance.

Pourtant ”ce symptôme d’Œdipe”, la généralisation de l’inductivité, la paranoïa, l’agressivité provenant du conflit personnalité-ennemis, la tolérance vis-à-vis de la recherche de son semblable sont beaucoup de maladies mortelles qui sont présente dans nos vies !

Cependant, il est nécessaire de nommer la maladie pour pouvoir la combattre et en guérir. Nous devons combattre ces maladies pour empêcher leur propagation telle une épidémie.

Les personnalités antisémites connues dans l’Histoire peuvent nous servir d’exemples, car l’antisémitisme ne découle pas seulement de l’inculture d’un peuple et du phénomène de généralisation, mais aussi et surtout d’un profond rejet de Dieu, de Ses Lois et de la haine de Ses jugements. Ces deux choses vont souvent de paire.

Ceci provoque une vague de mensonges qui égale la spiritualité luciférienne de la révolte…

Vu que les symptômes cités précédemment sont présents, sans aucune exception dans les assemblées chrétiennes et pratiquement dans tous les courants indépendamment de leurs crédos. Il serait donc important pour les fidèles et surtout leurs pasteurs ainsi que pour ceux qui accomplissent un ministère d’hygiène mentale et psychique, de se pencher sur ce problème pour être capables d’entrevoir les prochaines attaques de cette spiritualité et ses conséquences souvent prévisibles à temps...

Les résultats sont désastreux. Nous pouvons observer une nette diminution du nombre de fidèles mâles dans les assemblées et au lieu de la Parole et des Lois de Dieu, ne retentissent que des louanges accompagnées de danses et de débordements de joie qui ne sont que le reflet d’un idolâtrie féminine de nature physique, provenant de l’âme et non de l’Esprit.

Ensuite surviennent toutes les théories explicatives orales ou écrites de ces méthodes alternatives prenant la place du culte et de l’explication de l’Evangile dans le cadre de conférences, d’exposés, etc.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’actes de révolte contre l’ordre patriarcal établi par Dieu visant à déformer voire détruire les Lois.

C’est ainsi que se poursuit le processus de la ”démasculinisation” et que se renforce le pouvoir jésabélien.

Les hommes qui n’ont pas été spirituellement approvisionnés avant leur route d’adultes indépendants par leurs pères, ou qui ont grandi dans des familles démembrées se rallient aux femmes en êtres unisexes, se féminisent et se transforment en sujets voire en personnes tolérées entre les griffes de forces ”matérnisantes”, mais surtout jésabéliennes et ce, de leur propre et entière volonté !

Comme dans beaucoup d’autres domaines, ici également, les spiritualités semblables ou identiques s’attirent.

Les personnes souffrantes de maladies identiques se trouvent les unes-les autres et renforcent souvent la maladie commune dans leurs acolytes.

Ce genre de trouvaille au sein d’une assemblée chrétienne crée une sorte de parti d’opposition qui une fois rassemblée et renforcée entraîne une rébellion contre l’ordre patriarcal, contre l’ordre divin du rôle et de la place de l’homme dans la communauté. Le processus de la mystification de la vie de croyant commence, des sortes de meneurs font leur apparition qui s’octroient et se font accepter comme ayant une élection et un pouvoir particulier au-dessus des autres.

Une bataille commence qui, dans le meilleur des cas se termine par une scission ou une dissension, mais dans le pire, et à cause de l’infantilisme spirituel de la communauté, entraîne des blessures profondes ou amène au démembrement total ou à la soumission pure et simple à cette spiritualité nouvelle.

Le débordement affectif qui en découle induit un charismatisme falsifié qui se base dans tous les cas sur une autorité humaine et dont l’outil principal est la sorcellerie charismatique.

Dans bien des cas, ce sont des femmes qui s’octroient ce genre de pouvoir et établissent un ordre matriarcal sur les gens malades et maintenus dans un infantilisme spirituel.

Tout ceci dure un certain temps, jusqu’à ce que ceux qui aspirent à la pureté et la vérité ne se rendent compte de leur faim spirituel et de l’âme et ne se retirent de ces communautés malades.

Dans des cas pareils survient une double perte :

Les dissidents ne savent pas commencer quelque chose de nouveau puisqu’ils étaient dépendants de leurs ”mères”, et l’ordre divin et patriarcal créent en eux des phobies et des craintes inexplicables en raison des faux enseignements encrés dans leurs âmes.

Que pouvons-nous faire dans un cas pareil, comment arrêter une telle destruction ?

Comme je l’ai mentionné au début, beaucoup de maladies peuvent ainsi être définies.

Parmi ces maladies, celles qui apparaissent le plus souvent sont :

 

I. LE COMPLEXE D’ŒDIPE…

     La psychologie traite souvent le problème. Freud lui-même l’aborde d’une façon très complexe comme étant l’une des causes principale de l’antisémitisme.

Si ceci est vrai, alors il est vrai également que cette maladie de l’âme est contre Dieu et s’oppose à la Loi et engendre aussi la haine de l’homme.

Si nous pouvions prouver ceci, nous serions en mesure d’affirmer que derrière les divorces, les familles disloquées, les assemblées efféminées et démembrées se cache une spiritualité négative et destructrice.

C’est Satan, lui-même qui utilise la dépendance vis-à-vis de la mère pour détruire successivement les Lois de Dieu.

Il l’utilise au sein de la communauté juive en renforçant le rôle et le pouvoir de la ”mamelle” qui règne sur les familles où les hommes ne s’occupent plus de la Tora et de la foi en Dieu. Le même travail est accompli dans les communautés chrétiennes lorsque les hommes s’éloignent de Dieu et perdent ainsi leur place, leur poste dans la famille et dans l’assemblée…

Au début les femmes prennent le pouvoir en mains par nécessité, puis ce sont les hommes qui finissent par leur demander nourriture spirituelle, conduite et protection.

Cette situation est visiblement honteuse, c’est pourquoi après un certain temps finissent par abandonner la famille, l’assemblée, ou bien donnent des explications mystiques à leur situation. Ils sont aidés par toute une série de femme prophètes et apôtres ou autres faux enseignants qui les utilisent afin d’étendre leur pouvoir et leur prestige impérial. Pour s’assurer un pouvoir stable, l’arme la plus efficace entre leurs mains est le maintient des sujets dans un état spirituel d’enfant en bas-âge. L’une de ces arme est le faux amour maternel doublé d’un ”confort maternel”, dont les petits ont constamment besoin, puisqu’on les maintient dans un état de dépendance et de maladie constante d’où ils nécessitent une assistance et une supervision permanente de leurs ”supérieurs”. Les ”fistons” sont ainsi consciemment débilisés pour être mieux contrôlables en les maintenant à ”l’école maternelle”.

L’un des meilleurs instruments à cela est le continuel repentir et aveux des pêchers suivi des délivrances qui se rattachent toujours à des autorités humaines-”maternelles”.

Avant de rechercher plus en détails les rapports de l’âme et de l’esprit dans ce thème, ayons l’histoire suivante comme exemple devant nos yeux :

Il existait une assemblée où l’ordre patriarcal fonctionnait correctement, où la Parole de Dieu et l’autorité unique du Saint Esprit étaient au centre de tout, et où le pasteur menait les gens à la naissance de nouveaux et à l’âge adulte spirituel dans l’ordre que Dieu a défini.

Il accomplissait ce ministère de sa propre volonté et en toute liberté individuelle, mais dans un ordre légal, comme un modérateur, bref il remplissait le rôle de rabbin.

Puis, après un certain temps, une partie de la communauté s’est détachée du corp, après s’être déjà ségréguée quelques temps auparavant, se montrant ainsi distante et en marge de l’Esprit du groupe, comme un mauvais présage de la séparation à venir.

Puis d’autres madianites sont apparus et les ont pris avec eux pour un certain temps…

Une attaque de telle nature n’est pas phénomène peu courant et arrive inévitablement lorsque des gens suivent leurs propres désirs et cherchent satisfaction à leurs propres désirs dans les assemblées au lieu de donner entièrement leurs vies au pouvoir de Yéshoua HaMasshiah. Ceux-là finissent toujours par continuer leur chemin et chercher satisfaction ailleurs, s’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent.

Mais dans notre histoire, ces personnages sont secondaires…

La perte fut douloureuse et ceux qui restèrent ont longtemps cherché les raison de ce déchirement et de cette destruction, souvent en eux-mêmes aussi…

Mais aujourd’hui, après une année qui s’est écoulée, la raison en est claire et peut précisément être nommée :

Complexe d’Œdipe !

Au départ, le problème se manifesta par les mots de l’un d’entre eux comme suit :

- C’est toi qui veux me dire ce que je dois faire ?

Ceci s’est produit après un culte où il a été question des Lois de Dieu que l’homme mentionné à pris pour une attaque personnelle venant de celui qui n’avait fait que prêcher la Vérité divine.

Il fut l’un des déserteurs qui, en plus a arraché quelqu’un d’autre avec soi.

Il faut encore mentionner que le père de l’homme en question était très violent et impitoyable. Il n’a jamais voulu de son fils et n’a pas manqué de lui faire savoir cela constamment par son comportement despotique. Résultat : la vie du fils était une fuite constante dans la peur et le désarroi. Il essaya même naguère de vaincre cette frustration en s’engouffrant dans les religions orientales…

La personne qu’il entraina avec soi :

     - Une jeune femme dont le père était également infernal et battait ses enfants. Conséquence de quoi, la jeune femme avait un sentiment de répulsion vis-à-vis des hommes. Elle était pratiquement incapable de créer des liens d’amitié ou sentimentaux avec les hommes, en un mot, elle avait peur des hommes…

Leur relation était favorisée par le fait que cet homme qui était en fuite depuis plus d’un demi siècle n’est jamais parvenu à devenir véritablement un homme, donc pas de raison d’en avoir peur…

Le troisième déserteur…

    -  Un homme d’environs 35 ans, enfant de parents divorcés dont la mort du père occasionna un profond choc et qui était incapable de pardonner à son père de l’avoir abandonné et à sa mère de lui avoir préféré son jeune frère. Il s’agissait d’un homme qui n’aimait que lui-même et qui était remplis de désirs et de projets inachevés ou non-entamés.

Tous se sont révoltés et sont partis sur l’influence d’un quatrième personnage :

Son père était un provincial rejeté qui assouvissait ses désirs de pouvoir et sa brutalité dans l’armée et qui continuait, mais dès lors sous l’effet accentué de l’alcool dans sa famille après le travail.

Notre instigatrice de la rupture a fréquenté une école tenue par des sœurs et sa mère couveuse et avare a tellement pourvu à ses besoins qu’elle la rendit incapable de vivre une vie indépendante malgré son diplôme universitaire.

La dépendance de la mère a aboutit au complexe d’œdipe qui la rendirent incapable de vivre une vie de couple et familiale et engendra de surcroît une haine de la gente masculine qui se manifesta par la révolte contre l’ordre patriarcal, contre les Lois promulguées et contre le représentant terrestre de ces Lois, son mari… L’histoire se termina par un divorce lorsque la spiritualité œdipienne l’a poussée à se soumettre à l’ordre matriarcal et a la spiritualité jésabélienne de sa mère.

La description de ces quatre personnes n’est pas exhaustive, mais très instructive et c’est pourquoi par la suite, nous en reparlerons comme prototypes des symptômes des maladies traitées.

Ils nous seront utiles car dans chaque cas, le sentiment de philosémitisme s’est manifesté et s’est renforcé en eux, et les caractères néfaste et destructeurs du philosémitisme ont rapidement pris le dessus. Dans certains cas, le philosémitisme n’est que la manifestation et le moteur d’un antisémitisme et d’un antijudaïsme voilé et dangereux.

Malgré cela, quelles sont les conclusions que nous pouvons tirer de cette histoire à première vue ?

- Tous les hommes qui, en dehors de leur appel d’homme, ont reçu en plus la tâche de mener une assemblée, doivent s’attendre à voir se manifester ce phénomène d’Œdipe avec toutes les conséquences et les batailles mentionnées tout à l’heure.

Ils vont devoir faire face à ces forces qui surviennent dans toutes les communautés et combattent celles-ci afin de détruire les Lois de Dieu.

Ces forces essayent de féminiser et d’instaurer l’ordre matriarcal en détruisant l’appel de l’homme, de façon jésabélienne, donc par le pouvoir du mensonge et du meurtre.

Car ce pouvoir ne hait pas seulement les hommes, mais les communautés et les familles également.

Il s’agit d’une force s’attaquant aussi au Corps du Messie (du Christ) et est donc antéchrist…

Il en suit que la prochaine cible sera bientôt la communauté juive…

Cette force est diabolique et porte les vêtements du philosémitisme. Ce vêtement est chrétien et matriarcal. Il s’agit d’une mission diabolique, même si les personnes utilisées pour accomplir cette mission sont des gens de bonne foi, convaincus d’être sur la bonne voie.

- Cette spiritualité utilisant le pouvoir matriarcal et jésabélien ouvre des portes et rattache à des organismes qui prônent et clame le faux œcuménisme qui sont eux-mêmes sous le pouvoir d’une force démoniaque ”féminine”…

Lorsqu’apparaitront donc les fausses autorités mystifiées, les racines du spiritisme et de la religiosité apparaîtront elles aussi avec elles. Tout ceci sous des noms comme œcuménisme charismatique, mouvements apostoliques ou prophétiques répandant généralement le goût pour le mysticisme en semant la peur, peut-être la sèment-ils déjà parmi nous…

Bien que cette liste ne fait qu’énumérer des manifestations superficielles du problème, nous pouvons fermement affirmer : L’une des arme la plus efficace et destructrice de l’ange de la clarté est bel et bien celle dont ces quelques lignes font mention.

Quel est donc notre tâche la plus pressante maintenant ?

- Rétablir l’ordre de Dieu : l’ordre de l’homme et de la femme tel que Dieu l’a ordonné. Ce signal vaut particulièrement pour ceux qui accomplissent un ministère envers autrui.

L’histoire racontée plus haut est un très bon signal que les gens n’ayant pas été purifiés de leur passé et donc de leur haine vis-à-vis des hommes et des pères et vivant ou ayant vécu sous une autorité maternelle, sont dangereux pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres et pour la communauté.

Ceux là sont susceptibles de se révolter et d’inciter la révolte chez les autres.

- Malgré tout et en premier lieu, nous devons tout d’abord nous examiner nous-mêmes, nos familles, nos communautés.

Utilisons-nous réellement notre identité masculine telle que Dieu nous en a donné l’ordre ?

- Peut-être le palisme, source du pharisianisme chrétien est faux et donne un rôle à l’homme qui n’est depuis longtemps plus dans l’Esprit de Dieu, mais est profondément despotique et totalitaire voire tyrannique ?

Peut-être est-ce justement à cause du palisme et d’autres nombreuses branches de la piété qui ont contribué à l’explosion du nombre de personnes souffrantes du complexe d’Œdipe ?

- Peut-être sommes-nous justement, nous, les hommes, la source du problème, n’ayant pas accepté notre rôle de prêtre de la famille, tel que Dieu nous l’a ordonné dans ses Lois. C’est peut-être nous qui avons manqué de transmettre à nos fils l’image de ce que devait être un véritable homme à l’image de son Créateur, et voilà pourquoi tant de familles sont en ruines en ce moment ?

- Sommes-nous conscient du fait que là où l’homme n’est pas à sa place, la femme ne reçoit aucune couverture spirituelle et reste sans défense ?

En d’autres termes, elle est en proie à tout, et toutes ces attaques ciblent aussi nos enfants qui sont dans le même cas qu’elle…

La fausse couverture quant à elle, est insoumission à Dieu, puisque la femme ne peut pas être la couverture de l’homme, mais sa partenaire dans sa mission !

Nous pouvons donc affirmer avec grande probabilité :

Que la perte des racines juives de la chrétienté, la falsification ou l’abandon des Lois de Dieu, la tolérance, la non-acceptation des différences et la peur paranoïaque de ces différences seraient autant de causes entraînant ces scissions et ces maladies ?

De telles forces sont libérées lorsque ces institutions divines sont entravées, qu’au-delà de l’action néfaste vis-à-vis de ceux qui la provoquent, ces forces se tournent contre Dieu et Son Peuple et par manque d’homme à sa place et donc de ministère pastoral, beaucoup restent sans défenses contre elles.

C’est la raison pour laquelle le Corps du Christ et le Peuple Élu de la même façon deviennent la cible de forces destructrices matriarcales, antisionistes, antisémites et antéchrist !

C’est pourquoi la description de la maladie doit être poursuivie…

 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR, COMMUNAUTÉ JUIVE croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI
www.kehilatshofar.com
 
 

Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR
http://kehilatshofar.com