.
Enseignements
 
Symboles et Traditions
 
 
 
 
Bat mitzvah
 
Yaakov, Béla Orbán

La fille du Commandement - le Commandement de la fille

La tradition d’initiation de la fille à l’âge adulte est également de connu chez les juifs, tout comme l’est celle du garçon. 
C’est ce que l’on a coutume d’appeler Bat Mitzvah, c’est-à-dire la fille du Commandement. 
Qu’est-ce que cela peut bien signifier dans la vie d’une fille qui vit en Yéshoua ? 
Qu’est-ce que cela signifie pour une fille en Yéshoua mais issue des autres peuples ? 

Quel est le point commun dans les deux cas : en esprit, dans l’âme et du point de vue physique ?

Lorsqu’une fille juive devient Bat Mitzvah, c’est-à-dire fille du Commandement, elle a les mêmes obligations que la femme juive dès lors qu’elle atteint l’âge adulte par la même occasion. Elle a l’obligation d’allumer les bougies du Shabbat et de remplir le rôle qui a été donné à toutes les femmes juives.

Que signifie tout cela dans le cas d’une fille juive vivant en Yéshoua ?


- En esprit

Il s’agit de faire fonctionner l’Autel sur lequel l’offrande doit être faite en permanence : la prière, la louange et la Cène selon la norme établie par Dieu. À partir de ce moment, elle sera responsable pour ses propres ministères devant l’Éternel Dieu. Elle est exclusivement sous la conduite du Saint Esprit et personne n’a plus le droit de la contrôler.
- En âme

Son identité se renforce comme la conséquence de son renforcement spirituel. Ses pensées deviennent individuelles, ses sens et ses sentiments atteignent leur maturité et elle commence à se préparer à fonder une famille. Tout cela naturellement, elle le vit en tant que juive. 
- Du côté physique

Elle gère son propre ménage, fais la cuisine, le ménage, la lessive, etc.

Mais comment cela fonctionne-t-il chez une non-juive ? 

Pratiquement de la même manière, à la différence qu’elle ne doit pas s’imposer l’identité juive mais bien se renforcer dans l’identité du Christ qu’elle a obtenu par le biais de sa naissance à nouveau. Et au fur et à mesure qu’elle évolue sur le sentier de disciple, sur le chemin de la purification et de la remise en ordre, sa voie sera parallèle à celle de sa sœur juive croyant en Christ. 

De quoi le chemin menant de la Bat Mitzvah à la Houppa (le dais du mariage) se compose-t-il ? Puisque là encore, une nouvelle séparation s’opère. La séparation de ses parents spirituels, psychiques et physiques.
Comment vivre cette période préparatoire ? 

Lorsque la Bat Mitzvah se produit dans la vie d’une jeune fille juive et qu’elle devient une femme adulte, celle-ci n’est pas rejetée de sa famille pour autant. Au contraire ! C’est à partir de ce moment là qu’elle reçoit les directives et les enseignements de ses parents la préparant à la vie adulte. Elle n’est plus considérée ici comme une petite fille mais on l’entoure de tout le respect qui se doit envers toute personne adulte indépendante. On lui donne des conseils, on l’enseigne mais on ne la sermonne plus. Elle est considérée comme une adulte ayant les mêmes droits que ses parents et lorsqu’elle pose des questions, les parents se doivent d’y répondre. La petite fille devient une grande fille que l’on aime autant qu’avant mais un peu différemment malgré tout. 

Sur le chemin menant à la Houppa, la fille apprend comment gérer un ménage, quelle est la tâche d’une épouse et d’une mère et que veut dire être une femme du point de vue spirituel, psychique et physique.
Elle ne peut apprendre tout cela que dans le milieu dans lequel elle a grandi : sa famille. Elle ne peut pas s’en isoler mais elle garde malgré tout son autonomie, son indépendance et sa liberté. 


La période qui s’étend de la Bat Mitzvah jusqu’à la Houppa est une phase préparatoire à la fondation de sa propre famille. 

La question de la couverture spirituelle est très importante aussi. Car tant que la fille ne se marie pas, c’est son père qui doit assurer sa protection. Il la protège, la préserve, etc.
Bien qu’elle compte comme adulte à partir de la Bat Mitzvah, la fille continue à vivre sous la protection du foyer paternel ayant des pensées, des opinions et des sentiments propres et indépendants. 

Lorsqu’elle se marie, le père cède cette couverture au mari. Un nouveau chapitre commence alors pour elle… 

Et quand est-ce qu’une femme d’origine juive devient une femme juive à parts entières ? 
"Lorsqu’elle se met sous la houppa. Car elle a l’obligation de se choisir un mari juif pour perpétuer la lignée ancestrale. Ce n’est réellement qu’à ce moment là que s’unissent en elle l’identité juive et celle de la femme."

 

Traduit du hongrois par Richard (Zeev Shlomo)

Copyright © 2005-2019 SHOFAR - BUDAPEST, communauté juive croyant en Yéshoua HaMasshia
Ministère JHVH NISSZI www.kehilatshofar.com


Nos articles peuvent être copiés et distribués sans aucune modification, gratuitement et dans leur intégralité uniquement !
Copyright © 2005-2019 Communauté SHOFAR

http://kehilatshofar.com